Entretien avec Pierre M., retraité, à Paris.

Entretien réalisé par Lise Morlon.

Nous effectuons une enquête sur les personnes possédant les Glaneuses et nous voulions vous poser quelques questions à ce sujet. Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Pierre M., retraité. A travaillé chez Larousse à Paris. A grandi dans la ville de Nevers. Père médecin rhumatologue ; grand-père maternel paysan, des paysans « qui ont des terres » dans le Cher ; et grand-père paternel menuisier, dans le Cher également.

Pouvez-vous me décrire l’objet que vous possédez ?

C’est un médaillon de taille moyenne, 16 centimètre de diamètre, qui représente le motif des Glaneuses, de Jean-François Millet, mais avec une vraie interprétation dans le trait. C’est une reproduction en couleur serti sur verre, c’est assez bien fait. Je n’arrive pas à saisir la technique utilisée.

À quoi correspond ce motif dans votre imaginaire ?

Ma génération, celle des années 50, l’avait tellement en tête, qu’elle avait ce motif presque en horreur. Il s’agit d’un symbole un peu lourd du monde paysan. Une peinture lourde de sens, côté besogneux d’une France travailleuse, dans l’économie.

Comment cette pièce s’est retrouvée dans votre maison ?

Cette pièce a été achetée en brocante. La forme que prend la représentation — un médaillon — allège la scène « trop connue » des Glaneuses et lui donne un charme plus intime, je trouve. Je ne me rappelle plus de la personne qui me l’avait vendue.

Pour vous qu’est ce qui est représenté ?

Une scène du monde paysan. À l’époque, le monde paysan représentait 80% de la population, maintenant 10%, voire moins. Les gens ont quitté le monde paysan pour devenir ouvriers chez Renault. À l’époque, rien ne devait se perdre dans la production —perte énorme de ce qui était stocké dans les greniers, souris etc. À l’époque, glaneur n’était pas un terme péjoratif parce que tout le monde le pratiquait — ces pauvres gens passaient derrière la récolte, ramassaient la production agricole restante. Il n’étaient pas propriétaire des lieux mais avaient leur accord pour ramasser ce qui était par terre, pommes de terre et blé, ressources essentielles à l’époque.

Est-ce que vous envisagez de garder ce tableau ? Ou bien de vous en défaire ?

Je suis du genre à accumuler. J’ai du mal à me séparer des choses et, malgré la lourdeur du message, je me répète, mais le médaillon lui donne une forme autre que j’apprécie dans mon intérieur.

Entretien avec Roland, commerçant à la retraite, à Parnes (60).

Entretien réalisé par Arthur Willi.

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Roland, j’ai 83 ans, ancien fils d’un agriculteur et je vis à Parnes dans l’Oise. Mes parents étaient aussi agriculteurs et spécialisés dans les céréales, les vaches à lait, le maïs. À mes deux ans, pendant la guerre, mon père a été arrêté par les allemands et a été travaillé dans les champs en Allemagne pendant 5 ans. En l’absence de mon père, ma mère était aidée par des gens du village. Nous avions aussi des faucheuses-lieuses qui faisaient les blés en bottes. Après on les ramassait. À 10 ou 12 ans, on trayait les vaches, il n’y avait pas de machines. Après l’école, on faisait les champs. À mon certificat d’étude, à 14 ans, j’ai commencé à planter les pommes de terre autour du 20 mars, car c’est le meilleur moment pour les planter.

Pouvez-vous décrire et présenter les objets que vous possédez ?

J’ai un tableau des Glaneuses peint par un agriculteur qui peignait pendant son temps libre.

Connaissez-vous le sujet ?

Mon père avait des terres. À la fin des récoltes de blé, des gens venaient glaner les épis. Les champs n’étaient pas fermés donc ils venaient librement. Nous on ne disait rien. C’étaient des gens de l’extérieur qui n’avaient pas de terre.

Quelle valeur cet objet a pour vous ?

Il représente surtout des souvenirs d’enfance dans les champs car j’ai travaillé pendant presque 60 ans dans les champs à l’époque où les agriculteurs étaient tirés par les bœufs.

Envisagez-vous de vous en séparer et pourquoi ?

Je le vends sur eBay car ma fille ne l’aime pas et trouve que cela fait vieillot. Je n’ai pas de problème à le vendre, j’ai d’autres objets qui me rappellent cette vie. Je ne pense pas le vendre de toute façon. Vous savez à 19 ans et demi, je suis parti de la ferme et pendant 4 mois et demi j’ai travaillé dans une autre exploitation dans l’Oise près de la Chapelle en Vexin. Elle faisait 200 hectares avec un pavillon de chasse pour les riches. Après ça, j’ai fait le Service Militaire, mes classes à Épinal, dans les Vosges et après 1 an en Allemagne à Fribourg et après 1 an en Algérie à Constantine du côté tunisien pendant la guerre d’Algérie. Après le Service Militaire, j’ai répondu à une annonce dans le journal La France Agricole, pour travailler sur les marchés à Orly pour les livraisons dans les écoles et des remplacements de vendeurs. C’est là que j’ai appris mon métier de commerçant que j’ai gardé 40 ans. Sur les marchés, j’étais spécialisé dans les pommes de terre et je faisais du porte à porte avec le camion de la société, j’ai appris sur le tas.

Connaissez-vous d’autres personnes possédant le même type d’objets ou les retrouvez-vous souvent par exemple en brocantes ?

Ma femme en possédait je crois, un jeu de dés représentant l’Angélus et Les Glaneuses.

Connaissez-vous d’autres œuvres d’art en rapport avec le monde de l’agriculture dont on a fabriqué des objets dérivés ?

Non, désolé.

Témoignage de Marianne, 85 ans (Bretagne).

Entretien réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

J’ai récupéré ces photos des œuvres de Papa dans l’album scanné « noces d’argent ». A l’époque il travaillait la nuit et occupait ainsi ses après-midi. Il était alors au début de sa carrière dans les PPT. Personnellement je préférais les Glaneuses, qui me rappelaient des souvenirs de moissons à Pouldergat.

L’Angélus quant à lui me rappelle la guerre. C’était pour moi un symbole de résistance. En arrivant en France, les Allemands ont imposé l’heure allemande et certaines églises, en signe de résistance, continuaient de sonner l’angélus à l’heure française. Les vaches, les cochons, les poules et les horloges des clochers ont résisté à l’heure allemande !… souvenir d’une époque où nous avions fui Rennes pour nous réfugier à Comblessac.

Je ne sais pas à quelle époque les œuvres de papa ont disparu de la chambre de maman. Je pense que mon frère doit en savoir plus que moi. Il me semble que les reproductions de ces deux œuvres étaient très répandues chez les gens et dans les livres.

Témoignage de Madame J. Lagarde, formant les enfants à la catéchèse, à propos d’une fresque murale peinte aux abords de l’église Nesmy (Vendée).

Entretien réalisé par Anna Lazzari

Don Sandro m’a en effet dit que vous me contacteriez […]. Il se trouve que je connais la grande reproduction de L’Angélus de Millet [peinte] sur le mur de la maison qui est en face de l’église de Nesmy en Vendée.

J’ai habité cette région pendant quelques années et me suis servie de cette peinture – non pas pour l’artiste – mais pour le sujet de cette peinture. J’enseignais à des enfants d’une dizaine d’années auxquels je faisais de la catéchèse combien ce texte de l’évangile de saint Luc avait de l’importance pour tous les chrétiens puisque, dans toutes les églises du monde, c’est celui que l’on récite deux fois par jour en faisant carillonner les cloches… Ils avaient la chance d’en avoir une peinture par un peintre français célèbre sur un mur de leur paroisse.
Nesmy est une petite ville de la Vendée, une toute petite ville. Le train est à La Roche-sur-Yon et je ne suis pas sûre qu’il y ait un moyen de transport public pour aller de la gare jusqu’à Nesmy. En revanche c’est très facile à atteindre par la route. Si vous étiez intéressée, je pourrais vous mettre en rapport avec quelqu’un qui pourrait photographier ce pan de mur.

Entretien avec Françoise, 83 ans, et sa fille Catherine, 63 ans (Nouvelle-Aquitaine).

Entretien téléphonique réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

Questions adressées à Françoise :

Quel est ton premier souvenir associé aux Glaneuses ?

La première fois où j’ai vu ça, c’était à Cabanac, chez mon père et ma mère. On était une famille très pieuse. Tous les soirs on récitait le bénédicité (mon père enlevait son béret). Au moment d’aller au lit, notre mère nous faisait mettre à genoux pour réciter : « Petit Jésus je vous donne mon cœur… » et il y avait L’Angélus en peinture reproduite sur un mur ; un Espagnol avait reproduit la peinture sur bois. Quand j’étais enfant, j’ai toujours vu cette image chez moi.

Quel âge avais-tu ?

À ce moment-là j’avais 5 ou 6 ans, c’était tout de suite après la guerre.

Est-ce que ce tu as vu une nouvelle fois cette image dans ta vie, plus tard ?

Oui quand j’ai grandi, je me suis mariée, j’ai eu des enfants et à ce moment-là j’ai voulu reproduire Les Glaneuses sur un canevas. C’est une mamie à l’époque qui m’a appris à faire le canevas. Elle m’avait guidé pour le faire. Ensuite je l’avais fait encadrer, il trônait dans la salle à manger à Mourenx chez moi, dans les Pyrénées-Atlantiques. J’ai gardé le canevas toute ma vie. Cet Angélus, j’en ai souvent parlé à mes enfants. Je fabulais beaucoup, et je me rappelais des champs de pommes de terre quand j’étais enfant à Cabanac, et cette image y était liée.

Te souviens-tu du moment où tu as fabriqué le canevas ?

À Mourenx j’avais acheté le matériel chez Pingouin ; c’était un magasin de cotons, une mercerie. C’était très subtil de trouver les couleurs, c’était très pâle. Ciel un peu rosé tout en étant bleu et blanc. Le monsieur, bretelles pantalon marron, béret noir… Je me souviens bien des personnes, la femme avec sa robe grise et un tablier autour de sa taille.

Que représente cette peinture pour toi ?

Je me souviens parfaitement de la toile, et des gens de L’Angélus : il était 19h, l’homme a enlevé son béret devant sa brouette et ils prient.

Un souvenir associé à cet objet ?

Pour moi c’est un souvenir religieux, on nous a tellement parlé de cet angélus qui signifie la fin de la journée, la nourriture. Ça représente l’importance de la paysannerie et de la chrétienté. Quand on sonnait l’Angélus, c’était fabuleux, quand il y avait le feu on sonnait le tocsin. Feux à Saucats, ma mère enterrait tout dans les puits.

Quand j’étais enfant, Papa était garde-chasse, Maman travaillait aussi. On vivait au château de Ségur. Ils n’avaient que 18 000 francs par mois, ma mère ne pouvait pas nous faire vivre avec ça. Mais ils ne vivaient que des produits de la ferme et on avait tout gratuit au château. On était très propres, mais bien habillés. Et surtout on était religieux jusqu’au cou, avec L’Angélus qui trônait dans la maison. Ensuite je l’ai fait trôner à Mourenx, puis à Ambarès.

Est-ce que tu penses encore à cette image ?

Oui, mais surtout au cadre. Il était encadré en bois de merisier, ça avait coûté très cher à faire encadrer.

Pourquoi cette image-là ?

Les familles maintenant sont éclatées. Nous on était des familles unies, on était bien obligé parce que ce n’était pas drôle. On allait à la messe le dimanche, il fallait s’habiller, cirer les chaussures. On faisait un repas extraordinaire, ma mère tuait le poulet, papa arrivait une heure après avec une frangipane, on faisait un canard. Il y avait une unité. Cette image de Millet participait au rituel familial, avec la prière.

D’ailleurs je me demande si une de mes sœurs ne l’avait pas fait aussi en crochet. C’était une époque où L’Angélus était partout. C’était le pain gagné, la beauté de ces gens-là. Je revois vraiment la brouette, toile de jute avec les pommes de terre dedans. Au moment de la guerre ma grand-mère élevait des cochons, et faisait bouillir des pommes de terre dans la chaudière, je me souviens que je venais la regarder faire.

Questions adressées à sa fille Catherine :

Te souviens-tu du canevas chez vous quand vous étiez enfant ?

Je me souviens de ma mère qui l’a fait, elle avait mis beaucoup de soin à ce que le canevas soit bien encadré. Quand on vivait à Mourenx, c’était l’époque de la « ville nouvelle », une sorte de melting-pot culturel. C’était l’époque des rapatriés de l’après-guerre d’Algérie. Et en même temps on se raccrochait vraiment à ce genre de choses, comme L’Angélus, à notre patrimoine.

As-tu un autre souvenir lié au tableau ?

L’Angélus de Millet était dans notre classe à l’école. Les maîtresses faisaient en sorte de toujours mettre des images, de nous ouvrir l’esprit sur plein de choses, sur l’histoire, sur nos racines. Entre autres tableaux il y avait L’Angélus de Millet. La maîtresse nous parlait de la terre, de la paysannerie française. Elle ne montrait pas tant la religion, mais la condition paysanne.

Qu’incarne le tableau pour toi ?

Pour moi c’est la représentation du respect de la terre, de la terre nourricière. Je suis issue d’une famille d’agriculteurs, et ça me restera. Je fais toujours le jardin chez moi. Quand je pense à ma famille, je pense à ces gens de la terre qui avaient un respect extraordinaire pour la terre qui devait être bénie. C’est pour ça que L’angélus est capital, c’est le moment où l’on remercie Dieu de ce qu’il nous a donné. Pour moi ce tableau représentait le respect de la terre et le souvenir des anciens qui bénissaient le créateur de leur avoir donné de quoi se nourrir.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search