Entretien avec Roselyne Mailhé, de Béziers

Entretien réalisé par Alix Bancarel.

Pouvez-vous tout d’abord vous présentez brièvement ?

Je m’appelle Roselyne Mailhé, je suis née en 1936 et j’habite à Fraïsse-sur-Agoût. Depuis que je suis à la retraite, j’ai acheté une maison secondaire à Béziers pour être plus proche de ma famille.

Vous possédez une représentation Des Glaneuses de Millet, pouvez-vous décrire cet objet ?

Ce n’est pas une peinture, c’est plutôt une image de cette scène, mise sous verre et dans un cadre de petit-format. Elle est encerclée par une bordure rouge foncée, c’est assez joli.

D’où provient-elle ? Où l’avez-vous acheté ?

Je l’ai achetée sur le marché aux puces des Allées Paul Riquet à Béziers. Je me promenais sans vraiment chercher quelque chose. Quand j’ai vu ce cadre j’ai tout de suite pensé au même tableau qu’il y avait là où je vivais quand j’étais jeune au Domaine de la Conseillère, sur la Route de Montagnac. Je suis née là-bas car mes parents y travaillaient comme domestiques pour le Comte Rodez-Bénavent.

Comment était ce tableau et où était-il exactement ?

C’était une peinture, une copie sûrement. Il y en avait plein dans la Salle à manger du comte et de la comtesse, propriétaires des lieux. Les murs étaient remplis de tableaux, je ne me souviens pas de tous mais celui-ci m’a marqué.

Que vous évoque-t-il désormais ?

Quand je l’ai vu cela m’a rappelé mon enfance et beaucoup de souvenirs, alors ça m’a fait plaisir de l’acheter.

C’est simplement un geste symbolique alors ?

Oui bien-sûr, c’est personnel. Mais je vais quand même m’en servir pour décorer mon salon, j’aime bien mettre des cadres au mur cela fait moins vide.

Hormis ces souvenirs, vous ne connaissez pas particulièrement l’histoire de cette œuvre ?

Non pas du tout, on a dû m’expliquer quand j’étais petite car les Rodez-Bénavent étaient issus d’une famille de l’aristocratie, ils étaient cultivés. Mais pour tout vous dire je n’avais retenu que le nom du tableau, je sais qu’il est très célèbre mais c’est tout. C’est ma fille, qui était avec moi quand je l’ai acheté, qui m’a parlée du peintre Millet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search