Entretien avec Alexandre Leroi, Picardie

Entretien réalisé par Nancy Ba et Clément Bassole

Nous menons un projet avec d’autres de mes camarades, visant à répertorier les objets et produits dérivés de l’oeuvre de Jean François Millet. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’entièreté du territoire français pour ensuite préciser notre recherche sur la Normandie même.  Dans un premier temps, nous aimerions recenser les différentes raisons qui expliqueraient le fait que certaines personnes possèdent des objets reprenant l’oeuvre de Millet. Ces raisons sont assez diverses : héritages, valeur sentimentale. Mais, par exemple le fait de posséder un tel objet, n’appelle pas nécessairement un lien affectif. Vous pourriez l’avoir acheté sur une brocante sans en connaître l’origine.

Je vois. Donc vous souhaitez que je vous explique les raisons pour lesquelles je possède cet objet ?

Oui, c’est exactement ça. Tout du moins si vous en avez le souvenir et si vous souhaitez le partager avec nous. Je vous proposerai par exemple, dans un premier temps, et si vous l’acceptez, de vous présenter brièvement afin que nous puissions pleinement comprendre cet échange.

Bien sûr. Je m’appelle Alexandre Lenoir. J’ai 45 ans, suis marié et je travaille actuellement comme comptable dans une société…

Vous souvenez vous, je vous ai contacté concernant une assiette reprenant l’Angelus de Jean François Millet. Pouvez vous me donner quelques informations pratiques à propos de cet objet.

Alors, c’est une petite assiette qui me semble être en céramique. Les contours de cette assiette sont bleus et au centre, il y a ce tableau dont vous avez parlé. À vrai dire, je n’en sais pas plus. C’est une vieille assiette que j’ai retrouvée chez ma mère lors d’un nettoyage de printemps. Ma mère l’avait rangée dans un carton qui m’était destiné. On ne s’est pas attardé sur sa présence avec ma compagne. Nous nous sommes dits que celle-ci servirait.

Ce produit ne vous appartient donc pas?

Non. Je n’en ai pas le moindre souvenir même étant enfant. C’est vous dire l’attachement de ma mère pour cet objet.

Vous ne savez donc pas comment votre mère aurait pu obtenir cet objet?

Je dois dire que je ne me suis jamais posé la question. Je vous l’ai dit, c’était la première fois que je le voyais moi-même. Je suppose que ma mère s’en servait, sans prêter grande attention à sa beauté ou ce qu’elle représentait. Honnêtement, je ne pense pas qu’elle savait qui était Millet et encore moins que c’était l’un de ses tableaux.

Vous semblez insister sur la portée utilitariste et pratique de l’objet . Puis-je me permettre de vous demander la raison pour laquelle vous vendez cet objet?

Ma femme et moi rangions les objets auxquels nous étions attachés et cette assiette faisait partie d’un petit groupe qu’on ne voulait pas garder, je l’ai alors mis en vente. Ma femme semblait connaître le tableau représenté et elle s’est dit que peut être elle intéresserait certains collectionneurs. Vous êtes d’ailleurs la première personne à me contacter concernant cette assiette.

Entretien avec Marie-Joseph Richard, Picardie

Entretien réalisé par Hortense Carpentier et Anna Lazzari

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Marie-Joseph Richard, [d’origine picarde], et j’habite à La Hérie, dans l’Aisne. J’ai 52 ans et je suis secrétaire de mairie.

Pouvez-vous présenter l’objet que vous possédez : quelle sorte d’objet est-ce, et de manière plus générale, où l’avez-vous eu et pour quelle raison ?

C’est un cadre, une sorte de toile, en format A4 ; c’est l’Angélus, il a été peint par mon cousin qui était gravement malade et qui ne pouvait pas travailler. Du coup il s’est occupé à la peinture et un peu à la sculpture, comme passe-temps. Il est donc signé et daté par Jacques Lefebvre, mon cousin, le 10 février 1983.

C’est donc lui qui vous l’a donné ?

Oui, c’est ça, c’est lui qui me l’a offert.

Et c’est vous qui lui aviez demandé ce sujet-là ?

Non, non, il voulait m’offrir un tableau, et il m’a donné celui-là, je ne lui avais rien demandé.

Pour vous cet objet a d’abord une valeur sentimentale plus qu’artistique ?

Oui exactement : ce n’était pas du tout un artiste, mais je l’ai gardé et je l’ai mis là… oui, une valeur sentimentale plutôt qu’artistique.

Pouvez-vous nous dire dans quelles conditions est exposé cet objet chez vous ?

Il est dans ma véranda : c’est là où on prend les repas, principalement, pas trop l’hiver, mais une bonne partie de l’année. Et comme on est une famille chrétienne et qu’on dit l’Angélus, j’ai trouvé que sa place était là. L’Angélus ça nous rappelle l’Annonciation ; bien sûr, c’est aussi une valeur chrétienne.

Est-ce donc un tableau dont vous vous sentez proche, notamment parce qu’il évoque un environnement rural ?

Oui, tout à fait. Ça représente le travail des gens de la campagne.

Vous connaissez le modèle originel de ce tableau ?

Je crois que c’est Millet.

Et vous envisagez par hasard de garder ce tableau, ou de le donner ? C’est un objet à vos enfants par exemple ?

Je pense que je ne le vendrai pas, parce qu’il n’a pas de valeur pécuniaire, mais bien sûr si un de mes enfants le veut, ce sera volontiers.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search