Entretien avec Françoise, 83 ans, et sa fille Catherine, 63 ans (Nouvelle-Aquitaine).

Entretien téléphonique réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

Questions adressées à Françoise :

Quel est ton premier souvenir associé aux Glaneuses ?

La première fois où j’ai vu ça, c’était à Cabanac, chez mon père et ma mère. On était une famille très pieuse. Tous les soirs on récitait le bénédicité (mon père enlevait son béret). Au moment d’aller au lit, notre mère nous faisait mettre à genoux pour réciter : « Petit Jésus je vous donne mon cœur… » et il y avait L’Angélus en peinture reproduite sur un mur ; un Espagnol avait reproduit la peinture sur bois. Quand j’étais enfant, j’ai toujours vu cette image chez moi.

Quel âge avais-tu ?

À ce moment-là j’avais 5 ou 6 ans, c’était tout de suite après la guerre.

Est-ce que ce tu as vu une nouvelle fois cette image dans ta vie, plus tard ?

Oui quand j’ai grandi, je me suis mariée, j’ai eu des enfants et à ce moment-là j’ai voulu reproduire Les Glaneuses sur un canevas. C’est une mamie à l’époque qui m’a appris à faire le canevas. Elle m’avait guidé pour le faire. Ensuite je l’avais fait encadrer, il trônait dans la salle à manger à Mourenx chez moi, dans les Pyrénées-Atlantiques. J’ai gardé le canevas toute ma vie. Cet Angélus, j’en ai souvent parlé à mes enfants. Je fabulais beaucoup, et je me rappelais des champs de pommes de terre quand j’étais enfant à Cabanac, et cette image y était liée.

Te souviens-tu du moment où tu as fabriqué le canevas ?

À Mourenx j’avais acheté le matériel chez Pingouin ; c’était un magasin de cotons, une mercerie. C’était très subtil de trouver les couleurs, c’était très pâle. Ciel un peu rosé tout en étant bleu et blanc. Le monsieur, bretelles pantalon marron, béret noir… Je me souviens bien des personnes, la femme avec sa robe grise et un tablier autour de sa taille.

Que représente cette peinture pour toi ?

Je me souviens parfaitement de la toile, et des gens de L’Angélus : il était 19h, l’homme a enlevé son béret devant sa brouette et ils prient.

Un souvenir associé à cet objet ?

Pour moi c’est un souvenir religieux, on nous a tellement parlé de cet angélus qui signifie la fin de la journée, la nourriture. Ça représente l’importance de la paysannerie et de la chrétienté. Quand on sonnait l’Angélus, c’était fabuleux, quand il y avait le feu on sonnait le tocsin. Feux à Saucats, ma mère enterrait tout dans les puits.

Quand j’étais enfant, Papa était garde-chasse, Maman travaillait aussi. On vivait au château de Ségur. Ils n’avaient que 18 000 francs par mois, ma mère ne pouvait pas nous faire vivre avec ça. Mais ils ne vivaient que des produits de la ferme et on avait tout gratuit au château. On était très propres, mais bien habillés. Et surtout on était religieux jusqu’au cou, avec L’Angélus qui trônait dans la maison. Ensuite je l’ai fait trôner à Mourenx, puis à Ambarès.

Est-ce que tu penses encore à cette image ?

Oui, mais surtout au cadre. Il était encadré en bois de merisier, ça avait coûté très cher à faire encadrer.

Pourquoi cette image-là ?

Les familles maintenant sont éclatées. Nous on était des familles unies, on était bien obligé parce que ce n’était pas drôle. On allait à la messe le dimanche, il fallait s’habiller, cirer les chaussures. On faisait un repas extraordinaire, ma mère tuait le poulet, papa arrivait une heure après avec une frangipane, on faisait un canard. Il y avait une unité. Cette image de Millet participait au rituel familial, avec la prière.

D’ailleurs je me demande si une de mes sœurs ne l’avait pas fait aussi en crochet. C’était une époque où L’Angélus était partout. C’était le pain gagné, la beauté de ces gens-là. Je revois vraiment la brouette, toile de jute avec les pommes de terre dedans. Au moment de la guerre ma grand-mère élevait des cochons, et faisait bouillir des pommes de terre dans la chaudière, je me souviens que je venais la regarder faire.

Questions adressées à sa fille Catherine :

Te souviens-tu du canevas chez vous quand vous étiez enfant ?

Je me souviens de ma mère qui l’a fait, elle avait mis beaucoup de soin à ce que le canevas soit bien encadré. Quand on vivait à Mourenx, c’était l’époque de la « ville nouvelle », une sorte de melting-pot culturel. C’était l’époque des rapatriés de l’après-guerre d’Algérie. Et en même temps on se raccrochait vraiment à ce genre de choses, comme L’Angélus, à notre patrimoine.

As-tu un autre souvenir lié au tableau ?

L’Angélus de Millet était dans notre classe à l’école. Les maîtresses faisaient en sorte de toujours mettre des images, de nous ouvrir l’esprit sur plein de choses, sur l’histoire, sur nos racines. Entre autres tableaux il y avait L’Angélus de Millet. La maîtresse nous parlait de la terre, de la paysannerie française. Elle ne montrait pas tant la religion, mais la condition paysanne.

Qu’incarne le tableau pour toi ?

Pour moi c’est la représentation du respect de la terre, de la terre nourricière. Je suis issue d’une famille d’agriculteurs, et ça me restera. Je fais toujours le jardin chez moi. Quand je pense à ma famille, je pense à ces gens de la terre qui avaient un respect extraordinaire pour la terre qui devait être bénie. C’est pour ça que L’angélus est capital, c’est le moment où l’on remercie Dieu de ce qu’il nous a donné. Pour moi ce tableau représentait le respect de la terre et le souvenir des anciens qui bénissaient le créateur de leur avoir donné de quoi se nourrir.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search