Entretien avec Valérie M., Gisors, Normandie

Entretien réalisé par Nancy Ba

Bonjour. Comme je vous l’avais précédemment expliqué, je fais partie d’un groupe d’étudiants en Histoire de l’art à Sorbonne Université dont le projet est de mener une enquête sur les objets représentant des œuvres de Jean-François Millet et sur leur valeur sentimentale. Pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Valérie M. Je vis à Gisors [dans le Vexin] et j’ai 47 ans.

Pouvez-vous présenter l’objet que vous vendez aujourd’hui ?

J’ai récupéré cette assiette qui appartenait à ma mère, avec d’autres assiettes décoratives qui étaient à la mode quand j’étais petite, dans les années 1970-1980.

Comment l’a t-elle acquise ?

Elle ne se rappelle plus d’où elle vient, c’était sûrement un cadeau.

C’est elle qui vous a demandé de vendre cette assiette ? Pourquoi s’en séparer ?

Oui, elle m’a demandé de la vendre pour elle. Toutes ces assiettes sont devenues encombrantes pour nous.

Pouvez-vous nous dire où cette assiette était placée ?

Elle était accrochée dans la salle à manger avec le reste de la vaisselle décorative.

Cette assiette représente Les Glaneuses de Millet. J’imagine qu’il s’agit de votre première rencontre avec cette œuvre ?

Oui. Lorsque j’étais enfant je ne savais pas vraiment à quoi correspondait cette image. Je savais seulement qu’elle représentait une scène de vie paysanne ; on vivait à la campagne, alors ça m’était familier.

Vous sentez-vous proche de cette œuvre ? Puisque vous avez côtoyé cette image pendant votre enfance.

Ça faisait plutôt partie de la décoration, de l’environnement. Je n’ai pas de mal à m’en séparer aujourd’hui. C’est un objet comme un autre pour moi.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search