Entretien avec Lorenzo, étudiant de 23 ans, Venise (Italie)

Entretien réalisé par Anna Lazzari

Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Lorenzo, j’ai 23 ans, je fais des études de philosophie à Venise. Mon ambition c’est de devenir professeur d’université. Voilà, cela c’est moi, dit d’une manière très synthétique.

A quelle occasion et pourquoi as-tu acquis ce magnet décoratif représentant le tableau L’Angélus ?

J’ai acheté cet aimant pendant un voyage que j’ai fait à Paris, juste après avoir obtenu mon baccalauréat. Je l’ai pris parce que je voulais offrir à mes parents un souvenir qui pourrait leur faire penser à Paris, c’est pour cela ; et j’ai pensé que c’était un joli objet pour la maison. L’objet lui-même je ne l’aime pas beaucoup et je n’y tiens pas beaucoup non plus. Mais j’avais quelques connaissances de l’auteur de l’œuvre ; je l’avais étudié au lycée en cours d’histoire de l’art, en particulier le tableau Les Glaneuses que j’avais analysé avec mon institutrice. Millet n’est pas mon artiste préféré, mais j’ai quand même voulu faire un cadeau avec une œuvre faite par lui, aussi parce que c’était mon dernier jour de vacances et je sentais une petite pression…

C’est donc un souvenir de la France et je savais que mes parents allaient l’aimer. Parmi les nombreux objets, j’ai choisi celui-ci parce que ma mère aussi connaît bien ce tableau. Et puis l’artiste est Français et d’une certaine façon il représente la France… J’ai pensé que cela pouvait être une bonne idée.

Alors, si j’ai bien compris, c’est plutôt ta mère qui est attachée à cet artiste et ce tableau ?

Voilà, exactement. Elle est croyante, et elle aime bien ce tableau parce qu’il lui transmet un sentiment de calme, de silence et d’intimité religieuse.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search