Entretien avec Marie-Christine Lacoste, Cahors

Entretien réalisé par Camille Martin.

En premier lieu, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bien entendu. Je m’appelle Marie-Christine Lacoste. Je suis née le 6 juillet 1951 à Cahors et je réside à la Cité Sainte-Valérie à Cahors. J’ai été vendeuse dans des magasins. J’ai travaillé dans la restauration. J’ai travaillé aussi chez des médecins. Je faisais un peu de tout, c’est-à-dire que je faisais du secrétariat, j’amenais les enfants à l’école, je faisais le repassage. Et puis maintenant je suis retraitée puisque je vais avoir soixante-dix ans.

Pouvez-vous nous donner quelques informations sur l’objet ?

Oui, alors c’est une peinture. Si on s’approche de l’image, on voit qu’il y a des trucs de peinture dessus, c’est à l’huile. Il n’y a pas de vitre dessus. C’est un cadre en bois, mais il n’y a pas de plastique ou de verre dessus comme quand c’est une photo. Je ne sais pas qui est l’auteur de l’œuvre, j’ai cherché mais je n’ai pas trouvé de signature. Je n’ai pas su la trouver, et comme je n’y vois pas très bien vous voyez c’est compliqué. Mais ça a sûrement été très bien fait parce que ça fait très très longtemps qu’on l’a et il n’a jamais bougé. On n’a pas eu besoin de faire remettre des retouches, jamais.

Où l’objet est-il actuellement entreposé ?

Nous l’avons dans notre maison, dans notre bureau où je mets la table à repasser, une grande armoire pour mettre les affaires d’hiver, où il y a le bureau de mon mari, le mien et le petit ordinateur. Je l’ai mis là avec des photos de Jean-François [son fils]. Mais, il est resté pendant des années sur un meuble dans le salon.

Comment est-ce que vous avez acquis cet objet ?

Ça fait très longtemps qu’on a ce tableau, il y a bien une quarantaine d’années. Il y a 32 ans que nous sommes à Cahors. Jean-François a 47 ans, j’ai dû l’acquérir quand il avait 9 ans. Je vais vous dire exactement parce que ça y est je me souviens c’était pour nos dix ans de mariage, et cela fait 48 ans que nous sommes mariés, donc ce n’est pas difficile à calculer, ça fait donc 38 ans. C’est maman qui m’avait aidé à l’acheter. On l’avait acheté dans un grand magasin. À l’époque, c’était des magasins qui faisaient un peu foire-fouille. Elle faisait de tout la dame : elle faisait des meubles, des plaques, de la vaisselle, elle faisait beaucoup de souvenirs. Et c’est là qu’on avait trouvé ce tableau, chez cette dame. Ça s’appelait la droguerie Lagarde à l’époque. C’était un très très grand magasin qu’il y avait à Prayssac. 

Si ce n’est pas indiscret, est-ce que vous vous souvenez à quel prix vous l’avez acheté ?

Alors, déjà à l’époque c’était en franc. Et je pense qu’à l’époque, il valait bien dans les 190 et quelques, pas tout à fait 200, vous voyez. Mais c’était des francs donc il faut le convertir maintenant.

Pourquoi avoir choisi d’acheter ce tableau en particulier ?

Ah ça ! Si vous veniez à la maison, vous seriez très étonné parce qu’on se croirait à la brocante. J’ai toujours aimé les meubles et les murs décorés, c’est ma passion. J’ai plein de photos aux murs, plein de cadres. On était onze enfants à la maison et nous n’avions pas les moyens. À part le calendrier d’époque, il n’y avait rien, mise à part aussi la pendule murale. J’en ai beaucoup souffert. Je me suis toujours dit que, quand je serais grande, ça serait décoré chez moi. Comme quoi, vous voyez, c’est comme un petit traumatisme en fait. Et Catherine, la femme de Jean-François, je l’aime beaucoup hein, mais quand elle vient à la maison, elle me dit qu’elle s’étouffe parce qu’elle trouve que les murs sont trop chargés. C’est pour vous dire un petit peu que je n’exagère pas, j’ai une grosse décoration dans la maison.

Vous avez d’autres tableaux comme celui-là ?

Oui j’en ai d’autres. J’en ai un très grand justement. Mon mari, quand il était en chantier, il était technicien dans le chauffage et les chaudières. Un jour, avec ces collègues, ils sont intervenus chez des gens pour mettre des radiateurs et des chaudières un peu partout. Les gens voulaient mettre des chambres dans le grenier, pour l’arranger. Mais dans le grenier, il y avait deux toiles qui étaient roulées et la personne leur a dit : « Foutez-moi ça à la poubelle. ». Alors mon mari et son collègue en ont pris une toile chacun. Il a pris une très grande toile : ce sont des bœufs qui tirent une charrette et il y a une petite maison. Il y avait un champ avec des gens qui travaillaient derrière la carriole que tirent les bœufs et on a été obligé de le faire couper parce qu’on n’avait pas la place de le mettre dans la maison sinon, ça ne rentrait pas. On l’a fait encadrer et on l’a mis au-dessus du meuble à la place du tableau avec les glaneuses. C’est pour ça que je l’ai mis dans le bureau ensuite.

J’ai aussi d’autres toiles à droite à gauche, j’aime bien. On les a achetées au fil des années. Maintenant j’en achète de moins en moins parce que j’arrive à saturation. Mais je reconnais que c’est un peu exagérer, c’est vraiment un foutoir. J’ai des trucs les uns à côté des autres, on ne voit pas beaucoup la tapisserie.

Est-ce que vous saviez que c’était une reproduction d’un tableau de Jean-François Millet quand vous l’avez acheté ?

Oui, elle me l’avait dit. La dame chez qui je l’avais acheté, je travaillais chez elle, j’étais vendeuse à l’époque. Et il y avait longtemps qu’il m’intéressait mais que je ne pouvais pas me le payer parce que je n’avais pas d’argent. C’est maman qui m’a dit : « Si ça vous fait plaisir, je t’aiderai à l’acheter pour votre anniversaire de mariage. ». Il y avait longtemps qu’il m’intéressait, parce que bon j’aime les choses mais je n’aime pas mettre n’importe quoi non plus. Il m’intéressait parce que ça représente des personnes qui réalisent un labeur qui était rude à l’époque. Nous, on est gâtés à l’heure actuelle, parce que ces femmes-là, elles devaient être très fatiguées le soir. Il m’avait beaucoup touché ce tableau par rapport à ça. Les femmes autrefois, elles faisaient un travail très pénible quand même.

Donc c’est vraiment le sujet du tableau qui vous a plu et qui vous a incité à l’acheter ?

Voilà c’est ça. Ce tableau, ça a été un coup de cœur, il m’a plu dès que je l’ai vu. Notre famille, on est un peu éparpillés partout dans le Lot, on a beaucoup de fermes. Mon père travaillait dans une ferme. J’ai été très touchée par tout ça. Quelques fois en vacances, on allait donner un coup de main et on savait que les travaux de la ferme c’était très pénible. On nous a fait faire un peu de tout, on ramassait les haricots verts et les fraises, on vendangeait, on semait le tabac. Ce n’était pas tout à fait la même chose que sur le tableau mais on aidait à semer. C’était très pénible pour les reins, mais si on voulait de l’argent de poche, il fallait participer aux travaux. Je vous parle de ça mais j’étais toute petite ; parce qu’il y a longtemps que ça ne se fait plus tout ça, ils ont des machines maintenant. Mais moi, je fais partie de la génération qui a vécu 68, puisque je suis née en 51. J’étais très petite, j’avais 8 ou 9 ans, quand on nous amenait dans les champs. On ne nous laissait pas à la maison, il fallait suivre. On laissait mes frères et sœurs dans les landaus au fond des rangées de vignes ou de tabac. Il n’y avait pas de nounou à l’époque, c’était une autre vie.

Qu’envisagez-vous de faire avec ce tableau dans le futur ?

Je compte le conserver. J’ai fait des propositions à Jean-François de le prendre pour Catherine parce que je sais que, quand elle a un moment, elle aime s’adonner un petit peu à la peinture. Chacune année, pour leur anniversaire de mariage, je leur offre une toile mais je ne sais pas si ça leur fait plaisir. Ils les prennent mais je n’en sais rien. On n’est pas de la même génération. Est-ce que je leur fais plaisir ou pas ? Je n’en sais rien. Je me souviens que je leur avais acheté un tableau qui m’avait beaucoup plu à un Monsieur dans un vide-greniers et j’ai vu qu’ils l’ont mis dans les waters. Alors bon, voilà. Mais cette toile-là, si jamais un jour il veut la prendre et bien il la prendra et s’il n’en veut pas et bien il la vendra tant pis pour lui. Malgré tout, c’est Jean-François qui m’a appelé pour me demander si j’avais encore le tableau et qui m’a dit que ça vous intéressait. Il s’en est rappelé. Quand il était petit, il l’avait beaucoup vu étant donné qu’il est resté bien 20 ans sur le buffet du salon.

Mais c’est vrai qu’on n’a jamais vraiment discuter de tout ça. La dernière fois qu’il est venu pour Noël, il m’a dit : « Écoute maman, il va falloir que tu songes un petit peu à enlever des choses, je ne sais pas ce que tu vas faire de tout ça. » Mais je lui ai dit non, c’est ma maison, ça me fait plaisir et c’est tout ce qui compte.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search