Entretien avec Pierre M., retraité, à Paris.

Entretien réalisé par Lise Morlon.

Nous effectuons une enquête sur les personnes possédant les Glaneuses et nous voulions vous poser quelques questions à ce sujet. Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Pierre M., retraité. A travaillé chez Larousse à Paris. A grandi dans la ville de Nevers. Père médecin rhumatologue ; grand-père maternel paysan, des paysans « qui ont des terres » dans le Cher ; et grand-père paternel menuisier, dans le Cher également.

Pouvez-vous me décrire l’objet que vous possédez ?

C’est un médaillon de taille moyenne, 16 centimètre de diamètre, qui représente le motif des Glaneuses, de Jean-François Millet, mais avec une vraie interprétation dans le trait. C’est une reproduction en couleur serti sur verre, c’est assez bien fait. Je n’arrive pas à saisir la technique utilisée.

À quoi correspond ce motif dans votre imaginaire ?

Ma génération, celle des années 50, l’avait tellement en tête, qu’elle avait ce motif presque en horreur. Il s’agit d’un symbole un peu lourd du monde paysan. Une peinture lourde de sens, côté besogneux d’une France travailleuse, dans l’économie.

Comment cette pièce s’est retrouvée dans votre maison ?

Cette pièce a été achetée en brocante. La forme que prend la représentation — un médaillon — allège la scène « trop connue » des Glaneuses et lui donne un charme plus intime, je trouve. Je ne me rappelle plus de la personne qui me l’avait vendue.

Pour vous qu’est ce qui est représenté ?

Une scène du monde paysan. À l’époque, le monde paysan représentait 80% de la population, maintenant 10%, voire moins. Les gens ont quitté le monde paysan pour devenir ouvriers chez Renault. À l’époque, rien ne devait se perdre dans la production —perte énorme de ce qui était stocké dans les greniers, souris etc. À l’époque, glaneur n’était pas un terme péjoratif parce que tout le monde le pratiquait — ces pauvres gens passaient derrière la récolte, ramassaient la production agricole restante. Il n’étaient pas propriétaire des lieux mais avaient leur accord pour ramasser ce qui était par terre, pommes de terre et blé, ressources essentielles à l’époque.

Est-ce que vous envisagez de garder ce tableau ? Ou bien de vous en défaire ?

Je suis du genre à accumuler. J’ai du mal à me séparer des choses et, malgré la lourdeur du message, je me répète, mais le médaillon lui donne une forme autre que j’apprécie dans mon intérieur.

Entretien avec Françoise et Pierre G, Nogent-sur-Marne.

Entretien réalisé par Julie Goy.

Pouvez-vous, avant toute chose, vous présenter brièvement ?

Nous sommes Pierre G. et Françoise G., nous habitons à Nogent-sur-Marne dans le Val-de-Marne. Nous avons 77 et 76 ans, et nous sommes retraités.

Pouvez-vous me parler du plateau que vous possédez ?

C’est un souvenir d’un voyage au village de Villedieu-les-Poêles. C’est un grand plateau en cuivre. Dessus, sont représentées des semeuses.

Qu’est-ce qui est particulier avec le village de Villedieu-les-Poêles ?

C’est un village en Normandie où on trouve beaucoup d’objets en cuivre. Plutôt, où on trouvait. Des casseroles, des faitouts, des cloches. Nous avons acheté ce plat chez un artisan du cuivre.

Pourquoi avez-vous choisi ce motif en particulier ?

Parce que le motif nous plaisait. Des semeuses. Il n’y a pas un tableau qui existait comme cela, d’un peintre, je crois ?

Si. Mais lorsque vous l’avez acheté, vous ne saviez pas forcément qu’il s’agissait du tableau ?

Oui, on l’a choisi parce qu’il nous a plu sur le moment. On ne savait pas que c’était le motif d’un tableau à l’origine. C’est après coup que nous avons su qu’un tableau présentait le même motif. Nous ne nous souvenons même plus qui l’a peint.

C’est l’œuvre du peintre Millet. Que vous évoque alors ce motif ?

La campagne… Les travaux des champs. Que les femmes travaillaient le plus aux champs, qu’elles faisaient ce genre de besognes. (Pierre) Moi, je suis allé glaner des pommes de terre quand j’avais 8 ans. Ma mère avait un grand landau que je remplissais.  Parce qu’ils ramassaient les pommes de terre avec une machine, et à chaque bout de champs, lorsque la machine fait demi-tour, il y en a plein qui ne sont pas ramassés. C’était à Torcy en Seine-et-Marne.

Quand avez-vous acheté ce plateau ?

Il y a au moins 40 ans, lorsque nos fils étaient enfants. Nous y sommes allés en vacances, lorsque nous sommes allés à Granville, en Normandie.

Pourquoi avez-vous choisi de l’exposer dans votre cuisine ?

Parce que dans la cuisine, on range la plupart des objets en cuivre.

Alors, ce choix vient plutôt de la matière de l’objet, plutôt que de son motif ?

Oui. Mais les glaneuses ramassent des choses que l’on mange, alors on trouvait ça bien dans la cuisine.

Est-ce que vous connaissez le motif de l’Angélus ?

Vaguement. Cela se passe aussi dans les champs, pendant les travaux des champs. C’est le curé qui sonne l’Angélus.

Pourquoi n’avez-vous acheté qu’un plat ? Tenez-vous à celui-ci ?

Parce que le cuivre c’était cher à l’époque. C’est un bel objet. Aujourd’hui le cuivre n’est plus à la mode. Il n’y a plus qu’une boutique de cuivre dans ce village, la production n’est plus celle qu’elle était. Nous tenons à l’objet pour le souvenir qu’il représente, de vacances en famille.

Souhaiteriez-vous le mettre en vente si on vous disait qu’il se vendrait un bon prix ?

Oh, non. Il nous rappelle des souvenirs, nous aimons cet objet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search