Collectionneur d’Angélus. Entretien avec Michel Piquemal, de Béziers.

Entretien réalisé par Alix Bancarel

Pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Michel Piquemal, j’habite à Béziers, je suis né en 1954. J’ai été maître d’école pendant quinze ans, puis écrivain pour la jeunesse. J’ai publié plus de deux cents livres. J’ai aussi fait un doctorat de Lettres à Toulouse. Ce qui me caractérise c’est une curiosité tous azimuts. Je suis un collectionneur, notamment d’archéologie, d’arts des tranchées et de paléontologie. Ma maison est un peu un cabinet de curiosités.

J’ai appris que vous possédiez des objets représentants L’Angélus, pouvez-vous expliquer ce qui a motivé cette collection ?

J’aimerais d’abord rappeler que cela part d’une première émotion esthétique, qui remonte à l’enfance. Pendant les repas de famille, lorsqu’enfant, j’attendais le dessert et que je m’ennuyais, je passais beaucoup de temps à regarder ma coupelle qui représentait L’Angélus. Cette assiette était très jolie, je la revois bien : bleue sur fond blanc, avec L’Angélus au milieu. Bien évidemment, quand on est enfant, on en garde quelque chose de fort. Ce n’est pas sans relation avec mon parcours professionnel ; ce n’est pas un hasard si je suis écrivain pour la jeunesse. J’aime bien retrouver ces souvenirs de jeunesse.

Votre objectif est donc de retrouver la même assiette que dans votre souvenir ?

Oui cela me ferait plaisir. C’est un peu comme si on retrouvait un morceau d’enfance. Mais il y a de l’humour bien sûr derrière tout ça. C’est à la fois sérieux et pas sérieux du tout. C’est plutôt de l’ordre de la collection rigolote, comme un jeu. Ce n’est pas un culte. Si je casse un de ces objets, je ne vais pas pleurer. Ce n’est pas grave car je sais aussi que j’en retrouverai facilement d’autres. Mais cela correspond tout de même pour moi à une première émotion esthétique. C’est important de retrouver la première fois où vous avez eu un contact avec ce qui vous semble être beau. Puis, enfant j’étais croyant, alors cette image pieuse, de gens paisibles, en train de prier, cela me parlait.

Quels supports recherches-vous ? Uniquement des assiettes ?

En tout cas moi je possède essentiellement de la porcelaine, c’est-à-dire, tasses, petites assiettes, petites coupelles. Mais je n’ai toujours pas retrouvé exactement la même coupelle que lorsque j’étais enfant. J’en ai trouvé avec d’autres couleurs, mais pas exactement la même. Donc la quête n’est pas finie. J’aurais bien aimé la trouver sur un tableau, j’en vois souvent sur des chromos. Le problème c’est que je suis aussi collectionneur de tableaux. Il y en a partout chez moi. Donc je suis arrivé à un stade où je n’ai plus trop de place. Mais si je trouve un beau chromo de L’Angélus ou Des Glaneuses je l’achèterais.

Les Glaneuses font désormais aussi partie de votre quête ?

C’est surtout depuis que j’ai vu le film d’Agnès Varda, cela a réactivé le même souvenir d’enfance en moi. Son cheminement est identique au mien. C’est aussi un tableau qui lui a plu quand elle était enfant. C’est un de mes films préférés, un des films les plus intelligents que j’ai jamais vu. Elle aimait bien les choses anciennes et voir que le temps passe. Cela m’a tout de suite plu.

Alors que cette oeuvre n’était pas présente dans votre enfance ?

Peut-être si, je pense que chez ma grand-mère maternelle il y en avait. C’était très répandu dans les maisons avant, dans les années 1960. Tout comme il y avait des portraits de la Guerre de 1914, il y avait aussi souvent un ou deux chromos au mur ou une nature-morte. Et dans tout cela, L’Angélus c’était le top du top.

Vous ne possédez donc pas de copies des Glaneuses ?

Non, car cette image m’a moins marquée. Même si je m’y suis intéressée après coup en même temps que l’histoire du peintre et du tableau. Je crois que j’en voyais moins dans mon enfance. Cette image était moins répandue. Puis dans le sud de la France, on ne glane pas nous, cette image nous parle moins. S’il y avait eu « des vendangeuses » cela m’aurait peut-être plus attiré.

Où trouvez-vous ces objets ?

Principalement dans les brocantes ou chez les antiquaires. Mais il faut faire attention car il existe beaucoup de choses médiocres, de mauvaise qualité, qui étaient principalement destinées, à l’époque, pour un public très populaire, simple. C’est un éventail assez large. Parfois, ça m’arrive de regarder sur Leboncoin, de taper simplement « Millet ». C’est impressionnant vous avez tout ce que vous voulez.

Comment vous positionnez-vous alors face à cette multitude de production et cette différence qualitative ?

Ma principale motivation est personnelle et affective. Mais je l’associe tout de même à une première approche du beau. Vous savez il n’y avait pas beaucoup d’images à notre époque, même si j’étais dans une famille bourgeoise. Fatalement les rares images à notre disposition nous ont marqué. Je crois que c’est important de replacer cette recherche dans ce contexte-ci. On associait ces images à une idée du beau car on n’avait pas d’autres images, mises à part celles dans les livres scolaires et celles dans les maisons.

Dans votre quotidien, quel usage faites-vous de ces objets ? Ont-ils une fonction décorative ou utilitaire ?

Je m’en sers, je bois le café avec une tasse de L’Angélus, même lorsque je reçois des amis. Mais c’est aussi une private joke. Il faut s’amuser. Je n’entretiens pas de rapport précieux avec ces objets.

Connaissez-vous l’histoire du peintre et du tableau plus précisément ?

Enfant je ne connaissais pas. C’est plutôt à partir de l’adolescence que j’ai commencé à m’intéresser à la peinture et à aller dans des musées. Je suis allé à Amsterdam quand j’avais vingt ans, au Musée Van Gogh, où il y a notamment beaucoup d’œuvres inspirées de Millet. Cet intérêt est lié à mon parcours professionnel, étant écrivain je travaille beaucoup avec des illustrateurs, donc j’ai un rapport privilégié avec la peinture. Mais enfant ça ne me touchait pas.

Quel rapport voyez-vous entre votre collection et l’œuvre originale ?

Je ne recherche pas la fidélité à l’œuvre originale, mais plutôt à recréer un souvenir d’enfance. D’autant plus que cette œuvre est complexe. Elle dit beaucoup de choses qu’elle cache. J’ai appris beaucoup de choses sur la toile après coup, notamment le repentir du peintre sur la toile, qui fait partie aujourd’hui de mon intérêt pour l’image. J’aime bien l’idée qu’il y a quelque chose qui se cache derrière un objet, que les choses ne sont pas exactement telles qu’on les voit. Millet est très présent dans l’histoire de la peinture. Une curiosité personnelle me pousse à m’intéresser à l’histoire de chacun de mes objets collectionnés.

Entretien avec Roselyne Mailhé, de Béziers

Entretien réalisé par Alix Bancarel.

Pouvez-vous tout d’abord vous présentez brièvement ?

Je m’appelle Roselyne Mailhé, je suis née en 1936 et j’habite à Fraïsse-sur-Agoût. Depuis que je suis à la retraite, j’ai acheté une maison secondaire à Béziers pour être plus proche de ma famille.

Vous possédez une représentation Des Glaneuses de Millet, pouvez-vous décrire cet objet ?

Ce n’est pas une peinture, c’est plutôt une image de cette scène, mise sous verre et dans un cadre de petit-format. Elle est encerclée par une bordure rouge foncée, c’est assez joli.

D’où provient-elle ? Où l’avez-vous acheté ?

Je l’ai achetée sur le marché aux puces des Allées Paul Riquet à Béziers. Je me promenais sans vraiment chercher quelque chose. Quand j’ai vu ce cadre j’ai tout de suite pensé au même tableau qu’il y avait là où je vivais quand j’étais jeune au Domaine de la Conseillère, sur la Route de Montagnac. Je suis née là-bas car mes parents y travaillaient comme domestiques pour le Comte Rodez-Bénavent.

Comment était ce tableau et où était-il exactement ?

C’était une peinture, une copie sûrement. Il y en avait plein dans la Salle à manger du comte et de la comtesse, propriétaires des lieux. Les murs étaient remplis de tableaux, je ne me souviens pas de tous mais celui-ci m’a marqué.

Que vous évoque-t-il désormais ?

Quand je l’ai vu cela m’a rappelé mon enfance et beaucoup de souvenirs, alors ça m’a fait plaisir de l’acheter.

C’est simplement un geste symbolique alors ?

Oui bien-sûr, c’est personnel. Mais je vais quand même m’en servir pour décorer mon salon, j’aime bien mettre des cadres au mur cela fait moins vide.

Hormis ces souvenirs, vous ne connaissez pas particulièrement l’histoire de cette œuvre ?

Non pas du tout, on a dû m’expliquer quand j’étais petite car les Rodez-Bénavent étaient issus d’une famille de l’aristocratie, ils étaient cultivés. Mais pour tout vous dire je n’avais retenu que le nom du tableau, je sais qu’il est très célèbre mais c’est tout. C’est ma fille, qui était avec moi quand je l’ai acheté, qui m’a parlée du peintre Millet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search