Entretien avec Chantal Pastre, Aude

Entretien réalisé par Noémie Beurel, Lou Coulet, Baptiste Dumas-Piro, Emma Jouët et Anne-Lise Lefort, dans la commune de Salles-d’Aude.

Personne interrogée : Chantal Pastre, (née le 11 juin 1944), épouse de Francis Pastre (né le 2 mai 1942) à propos d’un petit tableau tapisserie en canevas (63 x 52 cm) représentant Les Glaneuses, réalisé et conservé par sa belle-mère jusqu’à sa mort.

Quel est l’objet que vous mettez en vente ?

Ce tableau, c’est un canevas, ce n’est pas une peinture. Je ne sais pas si on peut appeler ça de la broderie.

Comment l’avez-vous eu ? Est-ce un achat, un cadeau… ?

C’est ma belle-mère, ça vient de ma belle-mère [Marcelle Pastre, née le 4 octobre 1918], c’est elle qui l’a fait. Donc, on a hérité, on s’est partagé un peu certaines choses. Je l’ai pris, mais ça ne m’intéresse pas du tout. Comme il est beau et en bon état, je l’ai mis sur Leboncoin il y a longtemps.

J’ai déjà vu ce genre de tableaux, ce motif. J’ai vu une personne dans une foire artisanale qui avait fait des sacs avec ce genre de choses. Elle enlevait le cadre et prenait la toile pour la réutiliser comme ça.

Ça date de… je ne suis plus toute jeune. A l’époque, elle a dû faire ça dans les années 1970.

Lorsque votre belle-mère l’avait terminé, savez-vous si elle l’exposait chez elle ?

Ah oui, oui, bien sûr, c’était accroché au mur… ça se trouvait dans la salle à manger-salon.

Ce genre de chose, ça se fait moins. Dans le temps, c’était pas mal ce genre de déco. Il y en a toujours qui en font certainement, comme la broderie ; c’est rare, mais il y a des personnes qui en font encore.

Est-ce que les autres canevas de votre belle-mère représentaient des sujets du même type ?

Oui ! Soit des paysages… je ne me souviens plus trop de ce qu’il y avait. Je pense qu’elle en avait un autre… Ma belle-sœur aussi, elle en avait un beau qu’elle avait mis aussi de coté, elle avait fait une maison, elle l’avait toujours ce tableau. Je ne sais pas si elle l’a toujours ou pas, mais vraiment avec un très beau cadre. Ça se faisait beaucoup à cette époque-là, dans les années 80. Voilà, c’était son passe-temps. Elle était très bonne en couture, ma belle-mère, et elle aimait tout ce qui était comme ça.

Savez-vous pourquoi votre belle-mère a choisi ce genre de motif ? Est-ce qu’il s’agissait de quelque chose qui lui plaisait en particulier ? Qu’est-ce que ça représentait pour elle ?

Je pense qu’elle aimait bien, justement. Ce sont des femmes qui se sont arrêtées pour prier je crois.

Pour vous, c’est ce qui est représenté ?

Pour moi, je pense qu’elles se sont arrêtées pour prier. Je n’ai pas le tableau sous les yeux. C’est ce que j’ai comme souvenir, c’est ce que je pense.

C’est donc un héritage de votre belle-mère. Pourquoi le mettez-vous en vente? Est-ce parce que ça ne correspond pas à vos goûts ?

Non, non, ça ne se fait plus trop… Ça se fait beaucoup moins, on a moins de choses comme ça. à une époque on faisait du canevas, c’était un peu une mode… Ça existe toujours, ça se vend toujours dans les merceries, on en trouve toujours, des canevas à faire, avec les cotons… C’est un point particulier. C’est un point de croix. Le vrai canevas, c’est un petit point de croix.

Vous ou votre époux n’avez pas un lien affectif particulier parce que votre belle-mère l’aurait fait ?

Non, non. Oh non, parce qu’on est obligé de se défaire de beaucoup de choses. Après, ça peut plaire toujours ou alors pour retransformer ou pour le cadre. Il y a un joli cadre.

Où avez-vous vécu ? Que faisiez-vous dans la vie ?

Nous avons fait notre carrière dans l’Yonne, à Auxerre. Mon mari était à France Telecom ; lui, c’est un bourguignon. Sa mère était de là-bas. Mon beau-père est né à Anduze. Il a voulu y retourner après son concours à Paris. Moi j’habitais à Nîmes. Quand il a été reçu, il était dans les premiers, donc il a eu le choix, donc il est parti sur Langogne parce que c’était pas loin de Nîmes, et moi c’est ce que je souhaitais. On est resté un an, mon fils est né à Langogne, et il ne s’est pas plu. […] Il a eu une espèce de coup de tête et il a pu repartir là-haut et après on y a fait toute notre carrière. J’étais aide-soignante et j’ai eu mes enfants assez tard. J’ai eu mes enfants, lorsque je travaillais ma fille avait neuf ans, mon fils en avait onze. On est resté là-haut dans l’Yonne. On a bougé et en fin de carrière, sept ans avant, il a eu une proposition pour Marseille, donc il avait le profil. C’était une histoire de mutation parce qu’à l’époque c’était des mutations. Sur vingt, il a été pris, et on n’a pas hésité à descendre dans les Bouches du Rhône. On est resté vingt ans dans les Bouches du Rhône, à Sausset-les-Pins. C’est la Cote bleue, c’est une jolie région. C’était pas notre choix au départ. J’ai ma fille qui est sur Pau et mon fils maintenant est dans les Cévennes. On est pas trop loin d’eux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search