Entretien avec Nicole, Vendin-le-Vieil (62880)

Entretien réalisé par Pauline Bessin

Objet possédé : Assiettes ajourées « Les Glaneuses » et « L’Angélus » – diamètre 19 cm – porcelaine bavaroise Shumann.

Pouvez-vous m’expliquer dans quel contexte avez-vous acquis ces objets ?

J’ai récupéré ces deux assiettes suite au décès de mes grands-parents en 1969 quand j’avais 23 ans, sachant que j’ai 75 ans aujourd’hui.

Avez-vous conservé ces assiettes jusqu’aujourd’hui par affection? Ces tableaux sont-ils associés pour vous à un souvenir précis?

Je les ai gardées par sentimentalité. Effectivement, j’ai des souvenirs très précis je les revois sur un mur près du fauteuil où était assis mon grand-père.

Pourquoi vous en séparer aujourd’hui?

Je me suis décidée à les vendre car mon mari a de gros problèmes de santé et les soins non remboursés par la sécurité sociale compenseront je suis sûre que de là-haut ils comprendront mon geste.

Puisque ces assiettes viennent de vos grands-parents, savez-vous pourquoi elles leur plaisaient?

Ça je ne pourrais pas vous dire, désolée. Ça fait très loin car ils sont décédés en 1969. Je trouve ça bien que vous vous intéressiez à des gens comme Jean-François Millet, un grand homme illustre.

Entretien avec Alexandre Leroi, Picardie

Entretien réalisé par Nancy Ba et Clément Bassole

Nous menons un projet avec d’autres de mes camarades, visant à répertorier les objets et produits dérivés de l’oeuvre de Jean François Millet. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’entièreté du territoire français pour ensuite préciser notre recherche sur la Normandie même.  Dans un premier temps, nous aimerions recenser les différentes raisons qui expliqueraient le fait que certaines personnes possèdent des objets reprenant l’oeuvre de Millet. Ces raisons sont assez diverses : héritages, valeur sentimentale. Mais, par exemple le fait de posséder un tel objet, n’appelle pas nécessairement un lien affectif. Vous pourriez l’avoir acheté sur une brocante sans en connaître l’origine.

Je vois. Donc vous souhaitez que je vous explique les raisons pour lesquelles je possède cet objet ?

Oui, c’est exactement ça. Tout du moins si vous en avez le souvenir et si vous souhaitez le partager avec nous. Je vous proposerai par exemple, dans un premier temps, et si vous l’acceptez, de vous présenter brièvement afin que nous puissions pleinement comprendre cet échange.

Bien sûr. Je m’appelle Alexandre Lenoir. J’ai 45 ans, suis marié et je travaille actuellement comme comptable dans une société…

Vous souvenez vous, je vous ai contacté concernant une assiette reprenant l’Angelus de Jean François Millet. Pouvez vous me donner quelques informations pratiques à propos de cet objet.

Alors, c’est une petite assiette qui me semble être en céramique. Les contours de cette assiette sont bleus et au centre, il y a ce tableau dont vous avez parlé. À vrai dire, je n’en sais pas plus. C’est une vieille assiette que j’ai retrouvée chez ma mère lors d’un nettoyage de printemps. Ma mère l’avait rangée dans un carton qui m’était destiné. On ne s’est pas attardé sur sa présence avec ma compagne. Nous nous sommes dits que celle-ci servirait.

Ce produit ne vous appartient donc pas?

Non. Je n’en ai pas le moindre souvenir même étant enfant. C’est vous dire l’attachement de ma mère pour cet objet.

Vous ne savez donc pas comment votre mère aurait pu obtenir cet objet?

Je dois dire que je ne me suis jamais posé la question. Je vous l’ai dit, c’était la première fois que je le voyais moi-même. Je suppose que ma mère s’en servait, sans prêter grande attention à sa beauté ou ce qu’elle représentait. Honnêtement, je ne pense pas qu’elle savait qui était Millet et encore moins que c’était l’un de ses tableaux.

Vous semblez insister sur la portée utilitariste et pratique de l’objet . Puis-je me permettre de vous demander la raison pour laquelle vous vendez cet objet?

Ma femme et moi rangions les objets auxquels nous étions attachés et cette assiette faisait partie d’un petit groupe qu’on ne voulait pas garder, je l’ai alors mis en vente. Ma femme semblait connaître le tableau représenté et elle s’est dit que peut être elle intéresserait certains collectionneurs. Vous êtes d’ailleurs la première personne à me contacter concernant cette assiette.

Entretien avec Valérie M., Gisors, Normandie

Entretien réalisé par Nancy Ba

Bonjour. Comme je vous l’avais précédemment expliqué, je fais partie d’un groupe d’étudiants en Histoire de l’art à Sorbonne Université dont le projet est de mener une enquête sur les objets représentant des œuvres de Jean-François Millet et sur leur valeur sentimentale. Pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Valérie M. Je vis à Gisors [dans le Vexin] et j’ai 47 ans.

Pouvez-vous présenter l’objet que vous vendez aujourd’hui ?

J’ai récupéré cette assiette qui appartenait à ma mère, avec d’autres assiettes décoratives qui étaient à la mode quand j’étais petite, dans les années 1970-1980.

Comment l’a t-elle acquise ?

Elle ne se rappelle plus d’où elle vient, c’était sûrement un cadeau.

C’est elle qui vous a demandé de vendre cette assiette ? Pourquoi s’en séparer ?

Oui, elle m’a demandé de la vendre pour elle. Toutes ces assiettes sont devenues encombrantes pour nous.

Pouvez-vous nous dire où cette assiette était placée ?

Elle était accrochée dans la salle à manger avec le reste de la vaisselle décorative.

Cette assiette représente Les Glaneuses de Millet. J’imagine qu’il s’agit de votre première rencontre avec cette œuvre ?

Oui. Lorsque j’étais enfant je ne savais pas vraiment à quoi correspondait cette image. Je savais seulement qu’elle représentait une scène de vie paysanne ; on vivait à la campagne, alors ça m’était familier.

Vous sentez-vous proche de cette œuvre ? Puisque vous avez côtoyé cette image pendant votre enfance.

Ça faisait plutôt partie de la décoration, de l’environnement. Je n’ai pas de mal à m’en séparer aujourd’hui. C’est un objet comme un autre pour moi.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search