Entretien avec Roselyne Mailhé, de Béziers

Entretien réalisé par Alix Bancarel.

Pouvez-vous tout d’abord vous présentez brièvement ?

Je m’appelle Roselyne Mailhé, je suis née en 1936 et j’habite à Fraïsse-sur-Agoût. Depuis que je suis à la retraite, j’ai acheté une maison secondaire à Béziers pour être plus proche de ma famille.

Vous possédez une représentation Des Glaneuses de Millet, pouvez-vous décrire cet objet ?

Ce n’est pas une peinture, c’est plutôt une image de cette scène, mise sous verre et dans un cadre de petit-format. Elle est encerclée par une bordure rouge foncée, c’est assez joli.

D’où provient-elle ? Où l’avez-vous acheté ?

Je l’ai achetée sur le marché aux puces des Allées Paul Riquet à Béziers. Je me promenais sans vraiment chercher quelque chose. Quand j’ai vu ce cadre j’ai tout de suite pensé au même tableau qu’il y avait là où je vivais quand j’étais jeune au Domaine de la Conseillère, sur la Route de Montagnac. Je suis née là-bas car mes parents y travaillaient comme domestiques pour le Comte Rodez-Bénavent.

Comment était ce tableau et où était-il exactement ?

C’était une peinture, une copie sûrement. Il y en avait plein dans la Salle à manger du comte et de la comtesse, propriétaires des lieux. Les murs étaient remplis de tableaux, je ne me souviens pas de tous mais celui-ci m’a marqué.

Que vous évoque-t-il désormais ?

Quand je l’ai vu cela m’a rappelé mon enfance et beaucoup de souvenirs, alors ça m’a fait plaisir de l’acheter.

C’est simplement un geste symbolique alors ?

Oui bien-sûr, c’est personnel. Mais je vais quand même m’en servir pour décorer mon salon, j’aime bien mettre des cadres au mur cela fait moins vide.

Hormis ces souvenirs, vous ne connaissez pas particulièrement l’histoire de cette œuvre ?

Non pas du tout, on a dû m’expliquer quand j’étais petite car les Rodez-Bénavent étaient issus d’une famille de l’aristocratie, ils étaient cultivés. Mais pour tout vous dire je n’avais retenu que le nom du tableau, je sais qu’il est très célèbre mais c’est tout. C’est ma fille, qui était avec moi quand je l’ai acheté, qui m’a parlée du peintre Millet.

Entretien avec Pierre M., retraité, à Paris.

Entretien réalisé par Lise Morlon.

Nous effectuons une enquête sur les personnes possédant les Glaneuses et nous voulions vous poser quelques questions à ce sujet. Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Pierre M., retraité. A travaillé chez Larousse à Paris. A grandi dans la ville de Nevers. Père médecin rhumatologue ; grand-père maternel paysan, des paysans « qui ont des terres » dans le Cher ; et grand-père paternel menuisier, dans le Cher également.

Pouvez-vous me décrire l’objet que vous possédez ?

C’est un médaillon de taille moyenne, 16 centimètre de diamètre, qui représente le motif des Glaneuses, de Jean-François Millet, mais avec une vraie interprétation dans le trait. C’est une reproduction en couleur serti sur verre, c’est assez bien fait. Je n’arrive pas à saisir la technique utilisée.

À quoi correspond ce motif dans votre imaginaire ?

Ma génération, celle des années 50, l’avait tellement en tête, qu’elle avait ce motif presque en horreur. Il s’agit d’un symbole un peu lourd du monde paysan. Une peinture lourde de sens, côté besogneux d’une France travailleuse, dans l’économie.

Comment cette pièce s’est retrouvée dans votre maison ?

Cette pièce a été achetée en brocante. La forme que prend la représentation — un médaillon — allège la scène « trop connue » des Glaneuses et lui donne un charme plus intime, je trouve. Je ne me rappelle plus de la personne qui me l’avait vendue.

Pour vous qu’est ce qui est représenté ?

Une scène du monde paysan. À l’époque, le monde paysan représentait 80% de la population, maintenant 10%, voire moins. Les gens ont quitté le monde paysan pour devenir ouvriers chez Renault. À l’époque, rien ne devait se perdre dans la production —perte énorme de ce qui était stocké dans les greniers, souris etc. À l’époque, glaneur n’était pas un terme péjoratif parce que tout le monde le pratiquait — ces pauvres gens passaient derrière la récolte, ramassaient la production agricole restante. Il n’étaient pas propriétaire des lieux mais avaient leur accord pour ramasser ce qui était par terre, pommes de terre et blé, ressources essentielles à l’époque.

Est-ce que vous envisagez de garder ce tableau ? Ou bien de vous en défaire ?

Je suis du genre à accumuler. J’ai du mal à me séparer des choses et, malgré la lourdeur du message, je me répète, mais le médaillon lui donne une forme autre que j’apprécie dans mon intérieur.

Entretien avec Isabelle, Liévin (62800)

Entretien réalisé par Pauline Bessin

Premièrement, pouvez-vous m’expliquer dans quel contexte avez-vous acquis ce moulin à café? J’ai plusieurs objets avec ces motifs : un moulin à café ancien, des assiettes en faïence, des assiettes en cuivre… Ils proviennent du domaine familial : le moulin à café de mes grands-parents, les assiettes de mes parents.

Avez-vous conservé cet objet jusqu’aujourd’hui par affection?

Le moulin à café oui je l’ai gardé pour deux raisons : sentimental et côté ancien.

Vos objets ou les tableaux de Millet sont-ils pour vous associés à un souvenir précis?

J’ai toujours connu les 3 scènes : Les Semeuses / Les Glaneuses / L’Angélus. Je suis originaire de la campagne et des Flandres. Pour moi, ces scènes faisaient parties de mon quotidien dans mon enfance et un rattachement à la nature.

Pourquoi vous en séparer aujourd’hui?

 Les objets ne sont plus adaptés à la déco, j’aimerai qu’ils retrouvent une autre vie ailleurs que dans le grenier surtout que les enfants ne sont pas fans de ces objets.

Entretien avec Nicole, Vendin-le-Vieil (62880)

Entretien réalisé par Pauline Bessin

Objet possédé : Assiettes ajourées « Les Glaneuses » et « L’Angélus » – diamètre 19 cm – porcelaine bavaroise Shumann.

Pouvez-vous m’expliquer dans quel contexte avez-vous acquis ces objets ?

J’ai récupéré ces deux assiettes suite au décès de mes grands-parents en 1969 quand j’avais 23 ans, sachant que j’ai 75 ans aujourd’hui.

Avez-vous conservé ces assiettes jusqu’aujourd’hui par affection? Ces tableaux sont-ils associés pour vous à un souvenir précis?

Je les ai gardées par sentimentalité. Effectivement, j’ai des souvenirs très précis je les revois sur un mur près du fauteuil où était assis mon grand-père.

Pourquoi vous en séparer aujourd’hui?

Je me suis décidée à les vendre car mon mari a de gros problèmes de santé et les soins non remboursés par la sécurité sociale compenseront je suis sûre que de là-haut ils comprendront mon geste.

Puisque ces assiettes viennent de vos grands-parents, savez-vous pourquoi elles leur plaisaient?

Ça je ne pourrais pas vous dire, désolée. Ça fait très loin car ils sont décédés en 1969. Je trouve ça bien que vous vous intéressiez à des gens comme Jean-François Millet, un grand homme illustre.

Entretien avec Ginette, retraitée, à Reilly

Entretien réalisé par Arthur Willi.

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Bonjour, je suis Ginette, je vis dans l’Oise en Picardie dans le petit village de Reilly et j’ai 74 ans, je suis une ancienne ouvrière de chez Renault comme mes deux autres sœurs.

Pouvez-vous décrire et présenter les objets que vous possédez ? Vous en possédez plusieurs il me semble ?

J’ai une vieille carte postale représentant le tableau qui me sert de marque page et un moulin à grain en bois et en fer blanc rouillé avec quatre plaques sur les côtés représentant Les Glaneuses. Les plaques sont noires et blanches avec quelques touches de couleurs sur les vêtements des paysannes. J’ai reçu le moulin à grain d’un voisin agriculteur qui désirait me faire un cadeau pour mes 70 ans. La carte je ne sais plus où je l’ai eu, chez un marchand de journaux, il me semble.

Connaissez-vous peut être le sujet ?

Oui, bien sûr, ce sont Les Glaneuses de Millet, j’en ai moi-même vu ramasser des grains plus haut dans les champs, dans les années 1960, si je ne dis pas de bêtises.

Quelle valeur sentimentale ou artistique a cet objet a pour vous ?

Le moulin à grain n’a pas vraiment de valeur marchande mais je l’apprécie, il me rappelle la campagne et les souvenirs de mon enfance. Il a en quelque sorte une valeur sentimentale. La carte postale est utilisée comme marque-page, je n’y prête pas vraiment attention.

Est-ce que l’univers agricole/paysan vous est familier ?

Mon père était instituteur et ma mère s’occupait de mes sœurs et moi, j’ai pour ainsi dire une vision un peu extérieure du monde paysan. Je voyais les paysans travailler avec leurs outils et leurs vieilles charrues.

Envisagez-vous de vous en séparer et pourquoi ?

C’est un cadeau d’un voisin que je connais depuis plus de trente ans, je ne le vendrai pas. Il aime venir l’admirer de temps en temps, cela lui rappelle des souvenirs, je pense…

Témoignage de Mme Fejoz, Châteauneuf-du-Faou (Finistère)

Mme Fejoz nous a transmis par courriel ses souvenirs sur les éléments de service en sa possession.

Voici mon modeste témoignage

Je possède des bols, des petites assiettes ainsi que des pots à épices décorés de médaillons représentant l’angélus ainsi que les glaneuses. Ils me viennent de mes grands-parents et étaient utilisés par ces derniers dans la première moitié du XX siècle (entre 1920 et 1960).

Deux formats différents pour les bols :

  • Les bleus plus « renflés » sont ornés d’un seul médaillon (décor angélus)
  • Les jaunes comportent 2 médaillons opposés (décor angélus)

Mes grands-parents de milieu modeste et rural (mon grand-père était artisan ébéniste à Châteauneuf du Faou ; ma grand-mère, femme au foyer) disposaient ces bols et ces assiettes sur la table lors « du 4h »* proposé aux invités à l’occasion des fêtes ou réunions familiales importantes (baptêmes, communions, enterrements…) et du Grand Pardon de Notre Dame des Portes (fête religieuse locale qui à l’époque, durant le mois d’août, attirait des milliers de pèlerins).

Les petites assiettes (décor angélus) servaient à mettre les parts de far, de tarte et les poires au sirop faites maison. Je précise que mes grands-parents étaient croyants et pratiquants.

Les pots à épices (décor les glaneuses) faisaient office de décoration et de vide-poches pour les pastilles, les cachets, pour les petits bonbons coquelicots, à la menthe, à la violette ou au caramel mais également pour la monnaie ainsi que pour les barrettes, épingles et peignes à cheveux indispensables pour le montage de la coiffe de ma grand-mère.

*Le « 4h » dans notre secteur de Bretagne correspond au gouter avec son indispensable café servi entre 16h et 17h. 

Entretien avec Françoise et Pierre G, Nogent-sur-Marne.

Entretien réalisé par Julie Goy.

Pouvez-vous, avant toute chose, vous présenter brièvement ?

Nous sommes Pierre G. et Françoise G., nous habitons à Nogent-sur-Marne dans le Val-de-Marne. Nous avons 77 et 76 ans, et nous sommes retraités.

Pouvez-vous me parler du plateau que vous possédez ?

C’est un souvenir d’un voyage au village de Villedieu-les-Poêles. C’est un grand plateau en cuivre. Dessus, sont représentées des semeuses.

Qu’est-ce qui est particulier avec le village de Villedieu-les-Poêles ?

C’est un village en Normandie où on trouve beaucoup d’objets en cuivre. Plutôt, où on trouvait. Des casseroles, des faitouts, des cloches. Nous avons acheté ce plat chez un artisan du cuivre.

Pourquoi avez-vous choisi ce motif en particulier ?

Parce que le motif nous plaisait. Des semeuses. Il n’y a pas un tableau qui existait comme cela, d’un peintre, je crois ?

Si. Mais lorsque vous l’avez acheté, vous ne saviez pas forcément qu’il s’agissait du tableau ?

Oui, on l’a choisi parce qu’il nous a plu sur le moment. On ne savait pas que c’était le motif d’un tableau à l’origine. C’est après coup que nous avons su qu’un tableau présentait le même motif. Nous ne nous souvenons même plus qui l’a peint.

C’est l’œuvre du peintre Millet. Que vous évoque alors ce motif ?

La campagne… Les travaux des champs. Que les femmes travaillaient le plus aux champs, qu’elles faisaient ce genre de besognes. (Pierre) Moi, je suis allé glaner des pommes de terre quand j’avais 8 ans. Ma mère avait un grand landau que je remplissais.  Parce qu’ils ramassaient les pommes de terre avec une machine, et à chaque bout de champs, lorsque la machine fait demi-tour, il y en a plein qui ne sont pas ramassés. C’était à Torcy en Seine-et-Marne.

Quand avez-vous acheté ce plateau ?

Il y a au moins 40 ans, lorsque nos fils étaient enfants. Nous y sommes allés en vacances, lorsque nous sommes allés à Granville, en Normandie.

Pourquoi avez-vous choisi de l’exposer dans votre cuisine ?

Parce que dans la cuisine, on range la plupart des objets en cuivre.

Alors, ce choix vient plutôt de la matière de l’objet, plutôt que de son motif ?

Oui. Mais les glaneuses ramassent des choses que l’on mange, alors on trouvait ça bien dans la cuisine.

Est-ce que vous connaissez le motif de l’Angélus ?

Vaguement. Cela se passe aussi dans les champs, pendant les travaux des champs. C’est le curé qui sonne l’Angélus.

Pourquoi n’avez-vous acheté qu’un plat ? Tenez-vous à celui-ci ?

Parce que le cuivre c’était cher à l’époque. C’est un bel objet. Aujourd’hui le cuivre n’est plus à la mode. Il n’y a plus qu’une boutique de cuivre dans ce village, la production n’est plus celle qu’elle était. Nous tenons à l’objet pour le souvenir qu’il représente, de vacances en famille.

Souhaiteriez-vous le mettre en vente si on vous disait qu’il se vendrait un bon prix ?

Oh, non. Il nous rappelle des souvenirs, nous aimons cet objet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search