Entretien avec Roland, commerçant à la retraite, à Parnes (60).

Entretien réalisé par Arthur Willi.

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Roland, j’ai 83 ans, ancien fils d’un agriculteur et je vis à Parnes dans l’Oise. Mes parents étaient aussi agriculteurs et spécialisés dans les céréales, les vaches à lait, le maïs. À mes deux ans, pendant la guerre, mon père a été arrêté par les allemands et a été travaillé dans les champs en Allemagne pendant 5 ans. En l’absence de mon père, ma mère était aidée par des gens du village. Nous avions aussi des faucheuses-lieuses qui faisaient les blés en bottes. Après on les ramassait. À 10 ou 12 ans, on trayait les vaches, il n’y avait pas de machines. Après l’école, on faisait les champs. À mon certificat d’étude, à 14 ans, j’ai commencé à planter les pommes de terre autour du 20 mars, car c’est le meilleur moment pour les planter.

Pouvez-vous décrire et présenter les objets que vous possédez ?

J’ai un tableau des Glaneuses peint par un agriculteur qui peignait pendant son temps libre.

Connaissez-vous le sujet ?

Mon père avait des terres. À la fin des récoltes de blé, des gens venaient glaner les épis. Les champs n’étaient pas fermés donc ils venaient librement. Nous on ne disait rien. C’étaient des gens de l’extérieur qui n’avaient pas de terre.

Quelle valeur cet objet a pour vous ?

Il représente surtout des souvenirs d’enfance dans les champs car j’ai travaillé pendant presque 60 ans dans les champs à l’époque où les agriculteurs étaient tirés par les bœufs.

Envisagez-vous de vous en séparer et pourquoi ?

Je le vends sur eBay car ma fille ne l’aime pas et trouve que cela fait vieillot. Je n’ai pas de problème à le vendre, j’ai d’autres objets qui me rappellent cette vie. Je ne pense pas le vendre de toute façon. Vous savez à 19 ans et demi, je suis parti de la ferme et pendant 4 mois et demi j’ai travaillé dans une autre exploitation dans l’Oise près de la Chapelle en Vexin. Elle faisait 200 hectares avec un pavillon de chasse pour les riches. Après ça, j’ai fait le Service Militaire, mes classes à Épinal, dans les Vosges et après 1 an en Allemagne à Fribourg et après 1 an en Algérie à Constantine du côté tunisien pendant la guerre d’Algérie. Après le Service Militaire, j’ai répondu à une annonce dans le journal La France Agricole, pour travailler sur les marchés à Orly pour les livraisons dans les écoles et des remplacements de vendeurs. C’est là que j’ai appris mon métier de commerçant que j’ai gardé 40 ans. Sur les marchés, j’étais spécialisé dans les pommes de terre et je faisais du porte à porte avec le camion de la société, j’ai appris sur le tas.

Connaissez-vous d’autres personnes possédant le même type d’objets ou les retrouvez-vous souvent par exemple en brocantes ?

Ma femme en possédait je crois, un jeu de dés représentant l’Angélus et Les Glaneuses.

Connaissez-vous d’autres œuvres d’art en rapport avec le monde de l’agriculture dont on a fabriqué des objets dérivés ?

Non, désolé.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search