Témoignage de Madame J. Lagarde, formant les enfants à la catéchèse, à propos d’une fresque murale peinte aux abords de l’église Nesmy (Vendée).

Entretien réalisé par Anna Lazzari

Don Sandro m’a en effet dit que vous me contacteriez […]. Il se trouve que je connais la grande reproduction de L’Angélus de Millet [peinte] sur le mur de la maison qui est en face de l’église de Nesmy en Vendée.

J’ai habité cette région pendant quelques années et me suis servie de cette peinture – non pas pour l’artiste – mais pour le sujet de cette peinture. J’enseignais à des enfants d’une dizaine d’années auxquels je faisais de la catéchèse combien ce texte de l’évangile de saint Luc avait de l’importance pour tous les chrétiens puisque, dans toutes les églises du monde, c’est celui que l’on récite deux fois par jour en faisant carillonner les cloches… Ils avaient la chance d’en avoir une peinture par un peintre français célèbre sur un mur de leur paroisse.
Nesmy est une petite ville de la Vendée, une toute petite ville. Le train est à La Roche-sur-Yon et je ne suis pas sûre qu’il y ait un moyen de transport public pour aller de la gare jusqu’à Nesmy. En revanche c’est très facile à atteindre par la route. Si vous étiez intéressée, je pourrais vous mettre en rapport avec quelqu’un qui pourrait photographier ce pan de mur.

Entretien avec Françoise, 83 ans, et sa fille Catherine, 63 ans (Nouvelle-Aquitaine).

Entretien téléphonique réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

Questions adressées à Françoise :

Quel est ton premier souvenir associé aux Glaneuses ?

La première fois où j’ai vu ça, c’était à Cabanac, chez mon père et ma mère. On était une famille très pieuse. Tous les soirs on récitait le bénédicité (mon père enlevait son béret). Au moment d’aller au lit, notre mère nous faisait mettre à genoux pour réciter : « Petit Jésus je vous donne mon cœur… » et il y avait L’Angélus en peinture reproduite sur un mur ; un Espagnol avait reproduit la peinture sur bois. Quand j’étais enfant, j’ai toujours vu cette image chez moi.

Quel âge avais-tu ?

À ce moment-là j’avais 5 ou 6 ans, c’était tout de suite après la guerre.

Est-ce que ce tu as vu une nouvelle fois cette image dans ta vie, plus tard ?

Oui quand j’ai grandi, je me suis mariée, j’ai eu des enfants et à ce moment-là j’ai voulu reproduire Les Glaneuses sur un canevas. C’est une mamie à l’époque qui m’a appris à faire le canevas. Elle m’avait guidé pour le faire. Ensuite je l’avais fait encadrer, il trônait dans la salle à manger à Mourenx chez moi, dans les Pyrénées-Atlantiques. J’ai gardé le canevas toute ma vie. Cet Angélus, j’en ai souvent parlé à mes enfants. Je fabulais beaucoup, et je me rappelais des champs de pommes de terre quand j’étais enfant à Cabanac, et cette image y était liée.

Te souviens-tu du moment où tu as fabriqué le canevas ?

À Mourenx j’avais acheté le matériel chez Pingouin ; c’était un magasin de cotons, une mercerie. C’était très subtil de trouver les couleurs, c’était très pâle. Ciel un peu rosé tout en étant bleu et blanc. Le monsieur, bretelles pantalon marron, béret noir… Je me souviens bien des personnes, la femme avec sa robe grise et un tablier autour de sa taille.

Que représente cette peinture pour toi ?

Je me souviens parfaitement de la toile, et des gens de L’Angélus : il était 19h, l’homme a enlevé son béret devant sa brouette et ils prient.

Un souvenir associé à cet objet ?

Pour moi c’est un souvenir religieux, on nous a tellement parlé de cet angélus qui signifie la fin de la journée, la nourriture. Ça représente l’importance de la paysannerie et de la chrétienté. Quand on sonnait l’Angélus, c’était fabuleux, quand il y avait le feu on sonnait le tocsin. Feux à Saucats, ma mère enterrait tout dans les puits.

Quand j’étais enfant, Papa était garde-chasse, Maman travaillait aussi. On vivait au château de Ségur. Ils n’avaient que 18 000 francs par mois, ma mère ne pouvait pas nous faire vivre avec ça. Mais ils ne vivaient que des produits de la ferme et on avait tout gratuit au château. On était très propres, mais bien habillés. Et surtout on était religieux jusqu’au cou, avec L’Angélus qui trônait dans la maison. Ensuite je l’ai fait trôner à Mourenx, puis à Ambarès.

Est-ce que tu penses encore à cette image ?

Oui, mais surtout au cadre. Il était encadré en bois de merisier, ça avait coûté très cher à faire encadrer.

Pourquoi cette image-là ?

Les familles maintenant sont éclatées. Nous on était des familles unies, on était bien obligé parce que ce n’était pas drôle. On allait à la messe le dimanche, il fallait s’habiller, cirer les chaussures. On faisait un repas extraordinaire, ma mère tuait le poulet, papa arrivait une heure après avec une frangipane, on faisait un canard. Il y avait une unité. Cette image de Millet participait au rituel familial, avec la prière.

D’ailleurs je me demande si une de mes sœurs ne l’avait pas fait aussi en crochet. C’était une époque où L’Angélus était partout. C’était le pain gagné, la beauté de ces gens-là. Je revois vraiment la brouette, toile de jute avec les pommes de terre dedans. Au moment de la guerre ma grand-mère élevait des cochons, et faisait bouillir des pommes de terre dans la chaudière, je me souviens que je venais la regarder faire.

Questions adressées à sa fille Catherine :

Te souviens-tu du canevas chez vous quand vous étiez enfant ?

Je me souviens de ma mère qui l’a fait, elle avait mis beaucoup de soin à ce que le canevas soit bien encadré. Quand on vivait à Mourenx, c’était l’époque de la « ville nouvelle », une sorte de melting-pot culturel. C’était l’époque des rapatriés de l’après-guerre d’Algérie. Et en même temps on se raccrochait vraiment à ce genre de choses, comme L’Angélus, à notre patrimoine.

As-tu un autre souvenir lié au tableau ?

L’Angélus de Millet était dans notre classe à l’école. Les maîtresses faisaient en sorte de toujours mettre des images, de nous ouvrir l’esprit sur plein de choses, sur l’histoire, sur nos racines. Entre autres tableaux il y avait L’Angélus de Millet. La maîtresse nous parlait de la terre, de la paysannerie française. Elle ne montrait pas tant la religion, mais la condition paysanne.

Qu’incarne le tableau pour toi ?

Pour moi c’est la représentation du respect de la terre, de la terre nourricière. Je suis issue d’une famille d’agriculteurs, et ça me restera. Je fais toujours le jardin chez moi. Quand je pense à ma famille, je pense à ces gens de la terre qui avaient un respect extraordinaire pour la terre qui devait être bénie. C’est pour ça que L’angélus est capital, c’est le moment où l’on remercie Dieu de ce qu’il nous a donné. Pour moi ce tableau représentait le respect de la terre et le souvenir des anciens qui bénissaient le créateur de leur avoir donné de quoi se nourrir.

Entretien avec Alexandre Leroi, Picardie

Entretien réalisé par Nancy Ba et Clément Bassole

Nous menons un projet avec d’autres de mes camarades, visant à répertorier les objets et produits dérivés de l’oeuvre de Jean François Millet. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’entièreté du territoire français pour ensuite préciser notre recherche sur la Normandie même.  Dans un premier temps, nous aimerions recenser les différentes raisons qui expliqueraient le fait que certaines personnes possèdent des objets reprenant l’oeuvre de Millet. Ces raisons sont assez diverses : héritages, valeur sentimentale. Mais, par exemple le fait de posséder un tel objet, n’appelle pas nécessairement un lien affectif. Vous pourriez l’avoir acheté sur une brocante sans en connaître l’origine.

Je vois. Donc vous souhaitez que je vous explique les raisons pour lesquelles je possède cet objet ?

Oui, c’est exactement ça. Tout du moins si vous en avez le souvenir et si vous souhaitez le partager avec nous. Je vous proposerai par exemple, dans un premier temps, et si vous l’acceptez, de vous présenter brièvement afin que nous puissions pleinement comprendre cet échange.

Bien sûr. Je m’appelle Alexandre Lenoir. J’ai 45 ans, suis marié et je travaille actuellement comme comptable dans une société…

Vous souvenez vous, je vous ai contacté concernant une assiette reprenant l’Angelus de Jean François Millet. Pouvez vous me donner quelques informations pratiques à propos de cet objet.

Alors, c’est une petite assiette qui me semble être en céramique. Les contours de cette assiette sont bleus et au centre, il y a ce tableau dont vous avez parlé. À vrai dire, je n’en sais pas plus. C’est une vieille assiette que j’ai retrouvée chez ma mère lors d’un nettoyage de printemps. Ma mère l’avait rangée dans un carton qui m’était destiné. On ne s’est pas attardé sur sa présence avec ma compagne. Nous nous sommes dits que celle-ci servirait.

Ce produit ne vous appartient donc pas?

Non. Je n’en ai pas le moindre souvenir même étant enfant. C’est vous dire l’attachement de ma mère pour cet objet.

Vous ne savez donc pas comment votre mère aurait pu obtenir cet objet?

Je dois dire que je ne me suis jamais posé la question. Je vous l’ai dit, c’était la première fois que je le voyais moi-même. Je suppose que ma mère s’en servait, sans prêter grande attention à sa beauté ou ce qu’elle représentait. Honnêtement, je ne pense pas qu’elle savait qui était Millet et encore moins que c’était l’un de ses tableaux.

Vous semblez insister sur la portée utilitariste et pratique de l’objet . Puis-je me permettre de vous demander la raison pour laquelle vous vendez cet objet?

Ma femme et moi rangions les objets auxquels nous étions attachés et cette assiette faisait partie d’un petit groupe qu’on ne voulait pas garder, je l’ai alors mis en vente. Ma femme semblait connaître le tableau représenté et elle s’est dit que peut être elle intéresserait certains collectionneurs. Vous êtes d’ailleurs la première personne à me contacter concernant cette assiette.

Entretien avec Marie-Joseph Richard, Picardie

Entretien réalisé par Hortense Carpentier et Anna Lazzari

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Marie-Joseph Richard, [d’origine picarde], et j’habite à La Hérie, dans l’Aisne. J’ai 52 ans et je suis secrétaire de mairie.

Pouvez-vous présenter l’objet que vous possédez : quelle sorte d’objet est-ce, et de manière plus générale, où l’avez-vous eu et pour quelle raison ?

C’est un cadre, une sorte de toile, en format A4 ; c’est l’Angélus, il a été peint par mon cousin qui était gravement malade et qui ne pouvait pas travailler. Du coup il s’est occupé à la peinture et un peu à la sculpture, comme passe-temps. Il est donc signé et daté par Jacques Lefebvre, mon cousin, le 10 février 1983.

C’est donc lui qui vous l’a donné ?

Oui, c’est ça, c’est lui qui me l’a offert.

Et c’est vous qui lui aviez demandé ce sujet-là ?

Non, non, il voulait m’offrir un tableau, et il m’a donné celui-là, je ne lui avais rien demandé.

Pour vous cet objet a d’abord une valeur sentimentale plus qu’artistique ?

Oui exactement : ce n’était pas du tout un artiste, mais je l’ai gardé et je l’ai mis là… oui, une valeur sentimentale plutôt qu’artistique.

Pouvez-vous nous dire dans quelles conditions est exposé cet objet chez vous ?

Il est dans ma véranda : c’est là où on prend les repas, principalement, pas trop l’hiver, mais une bonne partie de l’année. Et comme on est une famille chrétienne et qu’on dit l’Angélus, j’ai trouvé que sa place était là. L’Angélus ça nous rappelle l’Annonciation ; bien sûr, c’est aussi une valeur chrétienne.

Est-ce donc un tableau dont vous vous sentez proche, notamment parce qu’il évoque un environnement rural ?

Oui, tout à fait. Ça représente le travail des gens de la campagne.

Vous connaissez le modèle originel de ce tableau ?

Je crois que c’est Millet.

Et vous envisagez par hasard de garder ce tableau, ou de le donner ? C’est un objet à vos enfants par exemple ?

Je pense que je ne le vendrai pas, parce qu’il n’a pas de valeur pécuniaire, mais bien sûr si un de mes enfants le veut, ce sera volontiers.

Entretien avec Chantal Pastre, Aude

Entretien réalisé par Noémie Beurel, Lou Coulet, Baptiste Dumas-Piro, Emma Jouët et Anne-Lise Lefort, dans la commune de Salles-d’Aude.

Personne interrogée : Chantal Pastre, (née le 11 juin 1944), épouse de Francis Pastre (né le 2 mai 1942) à propos d’un petit tableau tapisserie en canevas (63 x 52 cm) représentant Les Glaneuses, réalisé et conservé par sa belle-mère jusqu’à sa mort.

Quel est l’objet que vous mettez en vente ?

Ce tableau, c’est un canevas, ce n’est pas une peinture. Je ne sais pas si on peut appeler ça de la broderie.

Comment l’avez-vous eu ? Est-ce un achat, un cadeau… ?

C’est ma belle-mère, ça vient de ma belle-mère [Marcelle Pastre, née le 4 octobre 1918], c’est elle qui l’a fait. Donc, on a hérité, on s’est partagé un peu certaines choses. Je l’ai pris, mais ça ne m’intéresse pas du tout. Comme il est beau et en bon état, je l’ai mis sur Leboncoin il y a longtemps.

J’ai déjà vu ce genre de tableaux, ce motif. J’ai vu une personne dans une foire artisanale qui avait fait des sacs avec ce genre de choses. Elle enlevait le cadre et prenait la toile pour la réutiliser comme ça.

Ça date de… je ne suis plus toute jeune. A l’époque, elle a dû faire ça dans les années 1970.

Lorsque votre belle-mère l’avait terminé, savez-vous si elle l’exposait chez elle ?

Ah oui, oui, bien sûr, c’était accroché au mur… ça se trouvait dans la salle à manger-salon.

Ce genre de chose, ça se fait moins. Dans le temps, c’était pas mal ce genre de déco. Il y en a toujours qui en font certainement, comme la broderie ; c’est rare, mais il y a des personnes qui en font encore.

Est-ce que les autres canevas de votre belle-mère représentaient des sujets du même type ?

Oui ! Soit des paysages… je ne me souviens plus trop de ce qu’il y avait. Je pense qu’elle en avait un autre… Ma belle-sœur aussi, elle en avait un beau qu’elle avait mis aussi de coté, elle avait fait une maison, elle l’avait toujours ce tableau. Je ne sais pas si elle l’a toujours ou pas, mais vraiment avec un très beau cadre. Ça se faisait beaucoup à cette époque-là, dans les années 80. Voilà, c’était son passe-temps. Elle était très bonne en couture, ma belle-mère, et elle aimait tout ce qui était comme ça.

Savez-vous pourquoi votre belle-mère a choisi ce genre de motif ? Est-ce qu’il s’agissait de quelque chose qui lui plaisait en particulier ? Qu’est-ce que ça représentait pour elle ?

Je pense qu’elle aimait bien, justement. Ce sont des femmes qui se sont arrêtées pour prier je crois.

Pour vous, c’est ce qui est représenté ?

Pour moi, je pense qu’elles se sont arrêtées pour prier. Je n’ai pas le tableau sous les yeux. C’est ce que j’ai comme souvenir, c’est ce que je pense.

C’est donc un héritage de votre belle-mère. Pourquoi le mettez-vous en vente? Est-ce parce que ça ne correspond pas à vos goûts ?

Non, non, ça ne se fait plus trop… Ça se fait beaucoup moins, on a moins de choses comme ça. à une époque on faisait du canevas, c’était un peu une mode… Ça existe toujours, ça se vend toujours dans les merceries, on en trouve toujours, des canevas à faire, avec les cotons… C’est un point particulier. C’est un point de croix. Le vrai canevas, c’est un petit point de croix.

Vous ou votre époux n’avez pas un lien affectif particulier parce que votre belle-mère l’aurait fait ?

Non, non. Oh non, parce qu’on est obligé de se défaire de beaucoup de choses. Après, ça peut plaire toujours ou alors pour retransformer ou pour le cadre. Il y a un joli cadre.

Où avez-vous vécu ? Que faisiez-vous dans la vie ?

Nous avons fait notre carrière dans l’Yonne, à Auxerre. Mon mari était à France Telecom ; lui, c’est un bourguignon. Sa mère était de là-bas. Mon beau-père est né à Anduze. Il a voulu y retourner après son concours à Paris. Moi j’habitais à Nîmes. Quand il a été reçu, il était dans les premiers, donc il a eu le choix, donc il est parti sur Langogne parce que c’était pas loin de Nîmes, et moi c’est ce que je souhaitais. On est resté un an, mon fils est né à Langogne, et il ne s’est pas plu. […] Il a eu une espèce de coup de tête et il a pu repartir là-haut et après on y a fait toute notre carrière. J’étais aide-soignante et j’ai eu mes enfants assez tard. J’ai eu mes enfants, lorsque je travaillais ma fille avait neuf ans, mon fils en avait onze. On est resté là-haut dans l’Yonne. On a bougé et en fin de carrière, sept ans avant, il a eu une proposition pour Marseille, donc il avait le profil. C’était une histoire de mutation parce qu’à l’époque c’était des mutations. Sur vingt, il a été pris, et on n’a pas hésité à descendre dans les Bouches du Rhône. On est resté vingt ans dans les Bouches du Rhône, à Sausset-les-Pins. C’est la Cote bleue, c’est une jolie région. C’était pas notre choix au départ. J’ai ma fille qui est sur Pau et mon fils maintenant est dans les Cévennes. On est pas trop loin d’eux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search