Entretien avec Lorenzo, étudiant de 23 ans, Venise (Italie)

Entretien réalisé par Anna Lazzari

Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Lorenzo, j’ai 23 ans, je fais des études de philosophie à Venise. Mon ambition c’est de devenir professeur d’université. Voilà, cela c’est moi, dit d’une manière très synthétique.

A quelle occasion et pourquoi as-tu acquis ce magnet décoratif représentant le tableau L’Angélus ?

J’ai acheté cet aimant pendant un voyage que j’ai fait à Paris, juste après avoir obtenu mon baccalauréat. Je l’ai pris parce que je voulais offrir à mes parents un souvenir qui pourrait leur faire penser à Paris, c’est pour cela ; et j’ai pensé que c’était un joli objet pour la maison. L’objet lui-même je ne l’aime pas beaucoup et je n’y tiens pas beaucoup non plus. Mais j’avais quelques connaissances de l’auteur de l’œuvre ; je l’avais étudié au lycée en cours d’histoire de l’art, en particulier le tableau Les Glaneuses que j’avais analysé avec mon institutrice. Millet n’est pas mon artiste préféré, mais j’ai quand même voulu faire un cadeau avec une œuvre faite par lui, aussi parce que c’était mon dernier jour de vacances et je sentais une petite pression…

C’est donc un souvenir de la France et je savais que mes parents allaient l’aimer. Parmi les nombreux objets, j’ai choisi celui-ci parce que ma mère aussi connaît bien ce tableau. Et puis l’artiste est Français et d’une certaine façon il représente la France… J’ai pensé que cela pouvait être une bonne idée.

Alors, si j’ai bien compris, c’est plutôt ta mère qui est attachée à cet artiste et ce tableau ?

Voilà, exactement. Elle est croyante, et elle aime bien ce tableau parce qu’il lui transmet un sentiment de calme, de silence et d’intimité religieuse.

Entretien avec Valérie M., Gisors, Normandie

Entretien réalisé par Nancy Ba

Bonjour. Comme je vous l’avais précédemment expliqué, je fais partie d’un groupe d’étudiants en Histoire de l’art à Sorbonne Université dont le projet est de mener une enquête sur les objets représentant des œuvres de Jean-François Millet et sur leur valeur sentimentale. Pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Valérie M. Je vis à Gisors [dans le Vexin] et j’ai 47 ans.

Pouvez-vous présenter l’objet que vous vendez aujourd’hui ?

J’ai récupéré cette assiette qui appartenait à ma mère, avec d’autres assiettes décoratives qui étaient à la mode quand j’étais petite, dans les années 1970-1980.

Comment l’a t-elle acquise ?

Elle ne se rappelle plus d’où elle vient, c’était sûrement un cadeau.

C’est elle qui vous a demandé de vendre cette assiette ? Pourquoi s’en séparer ?

Oui, elle m’a demandé de la vendre pour elle. Toutes ces assiettes sont devenues encombrantes pour nous.

Pouvez-vous nous dire où cette assiette était placée ?

Elle était accrochée dans la salle à manger avec le reste de la vaisselle décorative.

Cette assiette représente Les Glaneuses de Millet. J’imagine qu’il s’agit de votre première rencontre avec cette œuvre ?

Oui. Lorsque j’étais enfant je ne savais pas vraiment à quoi correspondait cette image. Je savais seulement qu’elle représentait une scène de vie paysanne ; on vivait à la campagne, alors ça m’était familier.

Vous sentez-vous proche de cette œuvre ? Puisque vous avez côtoyé cette image pendant votre enfance.

Ça faisait plutôt partie de la décoration, de l’environnement. Je n’ai pas de mal à m’en séparer aujourd’hui. C’est un objet comme un autre pour moi.

Entretien avec Suzanne Dutiers, Alsace

Entretien réalisé par Clément Bassole

Nous menons un projet avec d’autres de mes camarades, visant à répertorier les objets et produits dérivés de l’œuvre de Jean François Millet. En cela j’aurais aimé savoir si vous accepteriez de vous confier davantage sur les raisons qui font que vous possédez un de ces objets.

Oui bien sûr.

Puis-je vous demander de vous présenter?

Je m’appelle Suzanne Dutiers. J’habite en Alsace depuis une dizaine d’années. Je suis originaire du Nord et j’ai 34 ans.

Pourriez vous m’indiquer votre situation professionnelle?

Je suis professeur des écoles.

Vous proposez sur le Bon Coin, un service de six tasses à café en porcelaine, représentant Les Glaneuses de Jean François Millet. Avez vous connaissance du tableau qui y est représenté ?

Sans connaître le nom du tableau, c’était une image que j’avais déjà vu, sûrement dans un livre d’art ou sur de la vaisselle.

Puis-je vous demander depuis quand vous possédez ce service à café? Et si vous l’avez obtenu en cadeau, à la suite d’un héritage? Ou si vous l’avez acheté au détour d’une brocante ou d’un marché?

Si mes souvenirs sont bons, j’ai acheté ces tasses il y a deux ou trois ans sur une brocante.

Vous souvenez vous des motivations qui vous ont poussées à acheter ces tasses?

Sur le moment je les ai trouvées jolies.

Et vous avez décidé de les vendre. Y a t-il une raison? Avez-vous connaissance de collectionneurs ?

Je suppose que je m’en suis lassée. Mais en les mettant en vente, je ne m’attendais pas à grand chose. C’est sûrement pour ça que le prix est assez faible.

Savez vous si un membre de votre famille ou un de vos proches possède un objet dérivé de l’oeuvre de Millet?

Non je suis vraiment désolée. Je n’en ai pas le souvenir.

Entretien avec un homme de 68 ans, Saint Etienne d’Encombe (Bretagne)

Entretien téléphonique réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

Depuis quand aviez-vous cet objet dans votre famille ?

Ça date sans doute du temps de mes grands-parents.

Où se trouvait cet objet dans votre maison, pourquoi le vendez-vous ?

J’avais cet objet sur ma cheminée. Je m’en sépare car je déménage.

Cet objet vous évoque-t-il un souvenir particulier ?

Chez mes parents et peut-être même grands-parents ils servaient de pots. C’est un souvenir qui était dans la cuisine à côté du poste TSF. On n’avait pas la télévision donc on devait bien regarder autre chose quand on était enfants. Les pots servaient de décoration.

Est-ce que cette image vous évoque un sentiment familier ?

Oui je me souviens que cette image était importante, d’ailleurs j’avais fait un canevas de Millet également.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search