Millet en mémoire

Le programme « Millet en mémoire », soutenu par Sorbonne Université, le Centre André Chastel et le musée Thomas Henry de Cherbourg-en-Cotentin, vise à étudier l’attachement intime aux répliques populaires des deux plus célèbres œuvres du peintre Jean-François Millet : L’Angélus et Les Glaneuses.

Cette initiative est portée par Thierry Laugée, maître de conférences en Histoire de l’art à Sorbonne Université et mise en application avec les étudiants du séminaire de recherche « Engagement artistique et construction sociale des postérités artistiques au XIXe siècle ». Cette initiative s’inscrit plus largement dans un travail de patrimonialisation de la mémoire des œuvres d’art par les objets populaires. En ce qui concerne les œuvres de Millet, elles sont devenues des images d’Épinal du monde rural ; cette démarche permet également d’étudier la postérité d’images et leur charge affective au sein de la société contemporaine.

Cette enquête prospective est menée auprès de détenteurs de ce type d’objet sur la base d’un questionnaire personnalisé élaboré par les étudiants. Les entretiens réalisés avec les propriétaires de ces objets permettent de collecter un maximum d’informations matérielles sur lesdits objets, et surtout de saisir l’importance de cette culture visuelle populaire. Sous la forme d’une collecte de la mémoire, sur le temps long, ces entretiens sont retranscrits et diffusés sur ce carnet. En parallèle de cette diffusion, le musée Thomas Henry de Cherbourg-en-Cotentin a généreusement accepté de s’associer à ce projet et de conserver dans ses archives les données rassemblées lors des entretiens, à des fins d’enregistrement durable.

Nous souhaitons remercier très chaleureusement tous ceux qui nous ont déjà accordé leur confiance en acceptant de nous raconter l’histoire de leurs Angélus et de leurs Glaneuses.

Affichettes conçues par les étudiants de Master I de Sorbonne Université en 2019.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search