Entretien avec Marie-Christine Lacoste, Cahors

Entretien réalisé par Camille Martin.

En premier lieu, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bien entendu. Je m’appelle Marie-Christine Lacoste. Je suis née le 6 juillet 1951 à Cahors et je réside à la Cité Sainte-Valérie à Cahors. J’ai été vendeuse dans des magasins. J’ai travaillé dans la restauration. J’ai travaillé aussi chez des médecins. Je faisais un peu de tout, c’est-à-dire que je faisais du secrétariat, j’amenais les enfants à l’école, je faisais le repassage. Et puis maintenant je suis retraitée puisque je vais avoir soixante-dix ans.

Pouvez-vous nous donner quelques informations sur l’objet ?

Oui, alors c’est une peinture. Si on s’approche de l’image, on voit qu’il y a des trucs de peinture dessus, c’est à l’huile. Il n’y a pas de vitre dessus. C’est un cadre en bois, mais il n’y a pas de plastique ou de verre dessus comme quand c’est une photo. Je ne sais pas qui est l’auteur de l’œuvre, j’ai cherché mais je n’ai pas trouvé de signature. Je n’ai pas su la trouver, et comme je n’y vois pas très bien vous voyez c’est compliqué. Mais ça a sûrement été très bien fait parce que ça fait très très longtemps qu’on l’a et il n’a jamais bougé. On n’a pas eu besoin de faire remettre des retouches, jamais.

Où l’objet est-il actuellement entreposé ?

Nous l’avons dans notre maison, dans notre bureau où je mets la table à repasser, une grande armoire pour mettre les affaires d’hiver, où il y a le bureau de mon mari, le mien et le petit ordinateur. Je l’ai mis là avec des photos de Jean-François [son fils]. Mais, il est resté pendant des années sur un meuble dans le salon.

Comment est-ce que vous avez acquis cet objet ?

Ça fait très longtemps qu’on a ce tableau, il y a bien une quarantaine d’années. Il y a 32 ans que nous sommes à Cahors. Jean-François a 47 ans, j’ai dû l’acquérir quand il avait 9 ans. Je vais vous dire exactement parce que ça y est je me souviens c’était pour nos dix ans de mariage, et cela fait 48 ans que nous sommes mariés, donc ce n’est pas difficile à calculer, ça fait donc 38 ans. C’est maman qui m’avait aidé à l’acheter. On l’avait acheté dans un grand magasin. À l’époque, c’était des magasins qui faisaient un peu foire-fouille. Elle faisait de tout la dame : elle faisait des meubles, des plaques, de la vaisselle, elle faisait beaucoup de souvenirs. Et c’est là qu’on avait trouvé ce tableau, chez cette dame. Ça s’appelait la droguerie Lagarde à l’époque. C’était un très très grand magasin qu’il y avait à Prayssac. 

Si ce n’est pas indiscret, est-ce que vous vous souvenez à quel prix vous l’avez acheté ?

Alors, déjà à l’époque c’était en franc. Et je pense qu’à l’époque, il valait bien dans les 190 et quelques, pas tout à fait 200, vous voyez. Mais c’était des francs donc il faut le convertir maintenant.

Pourquoi avoir choisi d’acheter ce tableau en particulier ?

Ah ça ! Si vous veniez à la maison, vous seriez très étonné parce qu’on se croirait à la brocante. J’ai toujours aimé les meubles et les murs décorés, c’est ma passion. J’ai plein de photos aux murs, plein de cadres. On était onze enfants à la maison et nous n’avions pas les moyens. À part le calendrier d’époque, il n’y avait rien, mise à part aussi la pendule murale. J’en ai beaucoup souffert. Je me suis toujours dit que, quand je serais grande, ça serait décoré chez moi. Comme quoi, vous voyez, c’est comme un petit traumatisme en fait. Et Catherine, la femme de Jean-François, je l’aime beaucoup hein, mais quand elle vient à la maison, elle me dit qu’elle s’étouffe parce qu’elle trouve que les murs sont trop chargés. C’est pour vous dire un petit peu que je n’exagère pas, j’ai une grosse décoration dans la maison.

Vous avez d’autres tableaux comme celui-là ?

Oui j’en ai d’autres. J’en ai un très grand justement. Mon mari, quand il était en chantier, il était technicien dans le chauffage et les chaudières. Un jour, avec ces collègues, ils sont intervenus chez des gens pour mettre des radiateurs et des chaudières un peu partout. Les gens voulaient mettre des chambres dans le grenier, pour l’arranger. Mais dans le grenier, il y avait deux toiles qui étaient roulées et la personne leur a dit : « Foutez-moi ça à la poubelle. ». Alors mon mari et son collègue en ont pris une toile chacun. Il a pris une très grande toile : ce sont des bœufs qui tirent une charrette et il y a une petite maison. Il y avait un champ avec des gens qui travaillaient derrière la carriole que tirent les bœufs et on a été obligé de le faire couper parce qu’on n’avait pas la place de le mettre dans la maison sinon, ça ne rentrait pas. On l’a fait encadrer et on l’a mis au-dessus du meuble à la place du tableau avec les glaneuses. C’est pour ça que je l’ai mis dans le bureau ensuite.

J’ai aussi d’autres toiles à droite à gauche, j’aime bien. On les a achetées au fil des années. Maintenant j’en achète de moins en moins parce que j’arrive à saturation. Mais je reconnais que c’est un peu exagérer, c’est vraiment un foutoir. J’ai des trucs les uns à côté des autres, on ne voit pas beaucoup la tapisserie.

Est-ce que vous saviez que c’était une reproduction d’un tableau de Jean-François Millet quand vous l’avez acheté ?

Oui, elle me l’avait dit. La dame chez qui je l’avais acheté, je travaillais chez elle, j’étais vendeuse à l’époque. Et il y avait longtemps qu’il m’intéressait mais que je ne pouvais pas me le payer parce que je n’avais pas d’argent. C’est maman qui m’a dit : « Si ça vous fait plaisir, je t’aiderai à l’acheter pour votre anniversaire de mariage. ». Il y avait longtemps qu’il m’intéressait, parce que bon j’aime les choses mais je n’aime pas mettre n’importe quoi non plus. Il m’intéressait parce que ça représente des personnes qui réalisent un labeur qui était rude à l’époque. Nous, on est gâtés à l’heure actuelle, parce que ces femmes-là, elles devaient être très fatiguées le soir. Il m’avait beaucoup touché ce tableau par rapport à ça. Les femmes autrefois, elles faisaient un travail très pénible quand même.

Donc c’est vraiment le sujet du tableau qui vous a plu et qui vous a incité à l’acheter ?

Voilà c’est ça. Ce tableau, ça a été un coup de cœur, il m’a plu dès que je l’ai vu. Notre famille, on est un peu éparpillés partout dans le Lot, on a beaucoup de fermes. Mon père travaillait dans une ferme. J’ai été très touchée par tout ça. Quelques fois en vacances, on allait donner un coup de main et on savait que les travaux de la ferme c’était très pénible. On nous a fait faire un peu de tout, on ramassait les haricots verts et les fraises, on vendangeait, on semait le tabac. Ce n’était pas tout à fait la même chose que sur le tableau mais on aidait à semer. C’était très pénible pour les reins, mais si on voulait de l’argent de poche, il fallait participer aux travaux. Je vous parle de ça mais j’étais toute petite ; parce qu’il y a longtemps que ça ne se fait plus tout ça, ils ont des machines maintenant. Mais moi, je fais partie de la génération qui a vécu 68, puisque je suis née en 51. J’étais très petite, j’avais 8 ou 9 ans, quand on nous amenait dans les champs. On ne nous laissait pas à la maison, il fallait suivre. On laissait mes frères et sœurs dans les landaus au fond des rangées de vignes ou de tabac. Il n’y avait pas de nounou à l’époque, c’était une autre vie.

Qu’envisagez-vous de faire avec ce tableau dans le futur ?

Je compte le conserver. J’ai fait des propositions à Jean-François de le prendre pour Catherine parce que je sais que, quand elle a un moment, elle aime s’adonner un petit peu à la peinture. Chacune année, pour leur anniversaire de mariage, je leur offre une toile mais je ne sais pas si ça leur fait plaisir. Ils les prennent mais je n’en sais rien. On n’est pas de la même génération. Est-ce que je leur fais plaisir ou pas ? Je n’en sais rien. Je me souviens que je leur avais acheté un tableau qui m’avait beaucoup plu à un Monsieur dans un vide-greniers et j’ai vu qu’ils l’ont mis dans les waters. Alors bon, voilà. Mais cette toile-là, si jamais un jour il veut la prendre et bien il la prendra et s’il n’en veut pas et bien il la vendra tant pis pour lui. Malgré tout, c’est Jean-François qui m’a appelé pour me demander si j’avais encore le tableau et qui m’a dit que ça vous intéressait. Il s’en est rappelé. Quand il était petit, il l’avait beaucoup vu étant donné qu’il est resté bien 20 ans sur le buffet du salon.

Mais c’est vrai qu’on n’a jamais vraiment discuter de tout ça. La dernière fois qu’il est venu pour Noël, il m’a dit : « Écoute maman, il va falloir que tu songes un petit peu à enlever des choses, je ne sais pas ce que tu vas faire de tout ça. » Mais je lui ai dit non, c’est ma maison, ça me fait plaisir et c’est tout ce qui compte.

Entretien avec Joël, agriculteur à la retraite, à Achy (60).

Entretien réalisé par Arthur Willi.

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Bonjour Arthur, je me prénomme Joël, j’ai 71 ans, je suis le dernier d’une fratrie de sept enfants et je vis à Achy dans l’Oise.

Pouvez-vous décrire et présenter les objets que vous possédez ?

Je vais le décrire avec mes mots. Je possède un plat en étain représentant Les Glaneuses de Millet, je l’ai acheté dans un magasin de décoration à Meulan dans les Yvelines. Le motif est assez grossier, il n’y a pas beaucoup de détails disons. Je l’ai accroché à une poutrelle en bois de ma maison au milieu d’autres bibelots eux aussi accrochés.

D’accord, c’est très intéressant. Connaissez-vous peut-être un peu le sujet ?

Ce sont Les Glaneuses, des femmes assez pauvres qui ramassent les grains dans les champs après le passage des agriculteurs, de pauvres femmes malheureusement…

Quelle valeur cet objet a pour vous ? sentimentale peut-être artistique ?

Peu de valeur en argent mais il représente un monde paysan que j’aime. Il n’a pas de grande valeur artistique je pense, la vendeuse en avait beaucoup d’autres dans sa boutique, je me rappelle. Et puis, tu sais l’étain ne vaut pas grand-chose. Je l’aime tout de même, il faut savoir entretenir le souvenir. Ça échauffe le cœur, les souvenirs.

Est-ce que l’univers agricole/paysan vous est familier ?

L’univers paysan, ah oui ! L’agriculture… Elle m’est familière, oui, mon père était agriculteur, il disposait de beaucoup de terres entre l’Oise et le Val d’Oise. Nous étions assez riches par rapport à d’autres paysans qui eux avaient du mal à vivre de leur récolte. J’ai aussi cultivé les pommes de terre, le blé, l’avoine et nous avions aussi des animaux de ferme.

Envisagez-vous de vous en séparer et pourquoi ?

J’avais payé le plat assez cher à l’époque, l’équivalent de cinquante euros de maintenant, je vais le garder.

Connaissez-vous d’autres personnes possédant le même type d’objets ou les retrouvez-vous souvent par exemple en brocantes ?

Mon frère qui vit maintenant dans le Vexin possède le même motif en cuivre repoussé ou gravé je crois bien. Il a d’autres bibelots en rapport avec le monde de l’agriculture mais je ne saurais pas te dire lesquels exactement. Peut-être, un paysan en sabot sur une planche de bois… Oui, c’est bien ça !

Connaissez-vous d’autres œuvres d’art en rapport avec le monde de l’agriculture dont on a fabriqué des objets dérivés ?

Je ne crois pas. Peut-être des tableaux de Van Gogh, il a beaucoup peint, je crois, des paysans et des champs agricoles.

Collectionneur d’Angélus. Entretien avec Michel Piquemal, de Béziers.

Entretien réalisé par Alix Bancarel

Pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Michel Piquemal, j’habite à Béziers, je suis né en 1954. J’ai été maître d’école pendant quinze ans, puis écrivain pour la jeunesse. J’ai publié plus de deux cents livres. J’ai aussi fait un doctorat de Lettres à Toulouse. Ce qui me caractérise c’est une curiosité tous azimuts. Je suis un collectionneur, notamment d’archéologie, d’arts des tranchées et de paléontologie. Ma maison est un peu un cabinet de curiosités.

J’ai appris que vous possédiez des objets représentants L’Angélus, pouvez-vous expliquer ce qui a motivé cette collection ?

J’aimerais d’abord rappeler que cela part d’une première émotion esthétique, qui remonte à l’enfance. Pendant les repas de famille, lorsqu’enfant, j’attendais le dessert et que je m’ennuyais, je passais beaucoup de temps à regarder ma coupelle qui représentait L’Angélus. Cette assiette était très jolie, je la revois bien : bleue sur fond blanc, avec L’Angélus au milieu. Bien évidemment, quand on est enfant, on en garde quelque chose de fort. Ce n’est pas sans relation avec mon parcours professionnel ; ce n’est pas un hasard si je suis écrivain pour la jeunesse. J’aime bien retrouver ces souvenirs de jeunesse.

Votre objectif est donc de retrouver la même assiette que dans votre souvenir ?

Oui cela me ferait plaisir. C’est un peu comme si on retrouvait un morceau d’enfance. Mais il y a de l’humour bien sûr derrière tout ça. C’est à la fois sérieux et pas sérieux du tout. C’est plutôt de l’ordre de la collection rigolote, comme un jeu. Ce n’est pas un culte. Si je casse un de ces objets, je ne vais pas pleurer. Ce n’est pas grave car je sais aussi que j’en retrouverai facilement d’autres. Mais cela correspond tout de même pour moi à une première émotion esthétique. C’est important de retrouver la première fois où vous avez eu un contact avec ce qui vous semble être beau. Puis, enfant j’étais croyant, alors cette image pieuse, de gens paisibles, en train de prier, cela me parlait.

Quels supports recherches-vous ? Uniquement des assiettes ?

En tout cas moi je possède essentiellement de la porcelaine, c’est-à-dire, tasses, petites assiettes, petites coupelles. Mais je n’ai toujours pas retrouvé exactement la même coupelle que lorsque j’étais enfant. J’en ai trouvé avec d’autres couleurs, mais pas exactement la même. Donc la quête n’est pas finie. J’aurais bien aimé la trouver sur un tableau, j’en vois souvent sur des chromos. Le problème c’est que je suis aussi collectionneur de tableaux. Il y en a partout chez moi. Donc je suis arrivé à un stade où je n’ai plus trop de place. Mais si je trouve un beau chromo de L’Angélus ou Des Glaneuses je l’achèterais.

Les Glaneuses font désormais aussi partie de votre quête ?

C’est surtout depuis que j’ai vu le film d’Agnès Varda, cela a réactivé le même souvenir d’enfance en moi. Son cheminement est identique au mien. C’est aussi un tableau qui lui a plu quand elle était enfant. C’est un de mes films préférés, un des films les plus intelligents que j’ai jamais vu. Elle aimait bien les choses anciennes et voir que le temps passe. Cela m’a tout de suite plu.

Alors que cette oeuvre n’était pas présente dans votre enfance ?

Peut-être si, je pense que chez ma grand-mère maternelle il y en avait. C’était très répandu dans les maisons avant, dans les années 1960. Tout comme il y avait des portraits de la Guerre de 1914, il y avait aussi souvent un ou deux chromos au mur ou une nature-morte. Et dans tout cela, L’Angélus c’était le top du top.

Vous ne possédez donc pas de copies des Glaneuses ?

Non, car cette image m’a moins marquée. Même si je m’y suis intéressée après coup en même temps que l’histoire du peintre et du tableau. Je crois que j’en voyais moins dans mon enfance. Cette image était moins répandue. Puis dans le sud de la France, on ne glane pas nous, cette image nous parle moins. S’il y avait eu « des vendangeuses » cela m’aurait peut-être plus attiré.

Où trouvez-vous ces objets ?

Principalement dans les brocantes ou chez les antiquaires. Mais il faut faire attention car il existe beaucoup de choses médiocres, de mauvaise qualité, qui étaient principalement destinées, à l’époque, pour un public très populaire, simple. C’est un éventail assez large. Parfois, ça m’arrive de regarder sur Leboncoin, de taper simplement « Millet ». C’est impressionnant vous avez tout ce que vous voulez.

Comment vous positionnez-vous alors face à cette multitude de production et cette différence qualitative ?

Ma principale motivation est personnelle et affective. Mais je l’associe tout de même à une première approche du beau. Vous savez il n’y avait pas beaucoup d’images à notre époque, même si j’étais dans une famille bourgeoise. Fatalement les rares images à notre disposition nous ont marqué. Je crois que c’est important de replacer cette recherche dans ce contexte-ci. On associait ces images à une idée du beau car on n’avait pas d’autres images, mises à part celles dans les livres scolaires et celles dans les maisons.

Dans votre quotidien, quel usage faites-vous de ces objets ? Ont-ils une fonction décorative ou utilitaire ?

Je m’en sers, je bois le café avec une tasse de L’Angélus, même lorsque je reçois des amis. Mais c’est aussi une private joke. Il faut s’amuser. Je n’entretiens pas de rapport précieux avec ces objets.

Connaissez-vous l’histoire du peintre et du tableau plus précisément ?

Enfant je ne connaissais pas. C’est plutôt à partir de l’adolescence que j’ai commencé à m’intéresser à la peinture et à aller dans des musées. Je suis allé à Amsterdam quand j’avais vingt ans, au Musée Van Gogh, où il y a notamment beaucoup d’œuvres inspirées de Millet. Cet intérêt est lié à mon parcours professionnel, étant écrivain je travaille beaucoup avec des illustrateurs, donc j’ai un rapport privilégié avec la peinture. Mais enfant ça ne me touchait pas.

Quel rapport voyez-vous entre votre collection et l’œuvre originale ?

Je ne recherche pas la fidélité à l’œuvre originale, mais plutôt à recréer un souvenir d’enfance. D’autant plus que cette œuvre est complexe. Elle dit beaucoup de choses qu’elle cache. J’ai appris beaucoup de choses sur la toile après coup, notamment le repentir du peintre sur la toile, qui fait partie aujourd’hui de mon intérêt pour l’image. J’aime bien l’idée qu’il y a quelque chose qui se cache derrière un objet, que les choses ne sont pas exactement telles qu’on les voit. Millet est très présent dans l’histoire de la peinture. Une curiosité personnelle me pousse à m’intéresser à l’histoire de chacun de mes objets collectionnés.

Entretien avec Bernard L., Retraité, à Reims.

Entretien réalisé par voie épistolaire par Camille Martin.

Pouvez-vous nous donner quelques informations sur l’objet ?

Broderie sur canevas, 60 x 50 cm. Réalisé il y a 40 ans par ma mère. 

Où l’objet est-il entreposé actuellement et pourquoi ?

Se trouve dans le garage actuellement. Se trouvait dans la salle à manger auparavant.

Selon vous, quel est le sujet du tableau ? Que représente-t-il ?

Il représente les glaneuses dans un champ de blé.

Dans quelles circonstances avez-vous acquis cet objet ?

Donné par ma mère, il y a environ 40 ans. Elle l’a brodé elle-même.

Selon vous, pourquoi la personne qui vous a offert cet objet a-t-il choisi ce motif en particulier ?

Ma mère connaissait le tableau de Millet et elle avait connu cette époque où les gens des villages allaient glaner dans les champs.

Cet objet est-il important pour vous ? Avez-vous un lien privilégié avec cet objet, un souvenir particulier le concernant ?

Oui, c’est un souvenir de ma mère et de cette époque. Je me souviens avoir moi aussi glaner après la 2e guerre mondiale.

Votre rapport avec cet objet a-t-il changé depuis que vous l’avez acquis ? Vous plaît-il toujours autant aujourd’hui qu’au moment où vous l’avez acquis ?

Non, mon rapport reste inchangé. Oui, il me plaît toujours autant.

Connaissiez-vous le tableau que représente cet objet avant cet appel à témoin ?

Oui.

Qu’envisagez-vous de faire avec cet objet dans le futur ?

Le donner à ma famille.

Entretien avec Danielle, née en 1936, aide-soignante à la retraite, originaire du Calvados.

Entretien réalisé par Oriane Dubois

Vous vous souvenez, j’étais venue et je vous avais montré ces deux tableaux.

Oui… Les Glaneuses.

Que vous connaissiez bien apparemment…

C’est des choses que j’ai vécues ça.

Vous connaissiez très bien les noms des vêtements que portaient les personnages.

Là, en l’occurrence, c’est un tablier qu’elle a retroussé et puis ça fait une poche, on dit une poutchette [désigne un petit sac en normand]. Ce qu’elles glanent d’intéressant, elles y mettent là. Vous voyez bien ça fait une espèce de poche là. Et en plus c’était des étoffes grosses. Et parfois elles avaient, les hommes aussi, des bissa… on appelle ça des bissa [autre mot signifiant « sac » en normand]. Par exemple, ça aurait été un grand tissu comme ça, ils le cousaient au bout, ça te faisait deux poches, puis deux sacs, ça servait un peu à tout… Et pour avoir le droit de glaner, il fallait que les propriétaires des champs leur permettent, qu’ils acceptent.

Qu’ils acceptent ?

Qu’ils acceptent qu’ils prennent ce que laissent la machine ou le cheval ou les râteaux des agriculteurs… des paysans on disait… l’agriculteur, ça existait pas à ce moment-là. Enfin il existait peut-être, mais dans les dictionnaires.

Et est-ce que vous, vous avez glané ?

Ah oui ! Oui, oui. Nous on était considérées ! ma maman, mon papa, nous on était considérés comme des gens riches. Vous allez voir la richesse… ! Voilà, ça c’est ma famille [Danielle nous présente une photographie] : ma maman, mon papa, ça c’est moi, mon deuxième frère, le troisième, le quatrième il est là… dans le ventre à ma maman. Ma maman tenait une épicerie, mais alors une épicerie de campagne c’est-à-dire. Elle avait des fûts de harengs dans la saumure qu’elle vendait, il y avait tout ! mais en petites quantités. Enfin, elle a quand même réussi à nous élever, à faire que mes frères et sœurs sont tous arrivés à avoir de belles situations. Mon père était facteur lui. Là, il revenait d’Allemagne. Il était allé faire un petit tour, voir du pays. Ça lui convenait. Parce qu’il avait été vendu charitablement par un gars qui… Il voulait pas travailler pour les Allemands. Enfin ça c’est toute une autre histoire. Mais par contre, les agriculteurs, les ouvriers agricoles, on était pas du même monde, c’était bien cloisonné. Vous savez, il y avait les riches, les gros propriétaires terriens, des gens qui avaient quand même cent vaches par exemple, à cette époque-là c’était beaucoup. Maintenant, cent vaches…

Donc moi j’étais toujours avec les enfants de mon village. Donc il y avait une dame qui venait chez mes parents laver le linge. Et elle, comme c’étaient vraiment des pauvres gens, alors les agriculteurs leur disaient « Bah toi, oui, tu peux aller glaner dans mon champ ». Donc moi j’allais avec eux. On faisait des bottes et elle gardait ça pour nourrir ses volailles.

Et quel âge aviez-vous lorsque vous faisiez ça ?

Oh bah vous voyez là ? [montre à nouveau la photographie.] J’avais quoi ?Comme sur la photo. Oui là j’avais cinq ans. Mais enfin tous les ans on faisait ça !

À un moment particulier de l’année ?

Oui, à l’automne, après la fenaison. […] Alors il fallait aller faire ça très tôt le matin pour que le soleil, quand les blés étaient coupés par terre, ils se réchauffent. Et puis ils les ramassaient quand ils étaient secs. Alors il fallait que ce soit fait à des heures particulières, principalement quand le soleil tapait bien. […] Les femmes elles mettaient ça [un fichu sur la tête] comme ça pour se protéger l’arrière du cuir chevelu.

Et c’était un travail physique, est-ce que vous en avez ce souvenir ?

Nous, pour nous gamins, c’était rigolo. Parce que seulement on ramassait le blé, mais la paille qui restait et ben on mettait ça dans les cabanes à lapins pour faire de la litière. Parce que tous ces gens-là disposaient d’une paie d’ouvrier agricole, je vois même pas combien ils pouvaient gagner. Dans la famille des gens que j’ai toujours considérés comme étant de ma famille, ils étaient douze. C’était fréquent ces fratries-là. Ça leur faisait un tout petit quelque chose de plus. Enfin il faisait ça aussi pour les pommes. Quand ils avaient ramassé les pommes, les agriculteurs, les patrons leur disaient « tu ramasses ce que tu veux ». Parce que, même les pauvres gens faisaient leur cidre. Ça, c’était la boisson nationale ! Y’en avait du très bon d’ailleurs.

Et vous avez grandi dans la région ça veut dire, près d’ici [Bayeux] ?

–Non, moi ici je suis étrangère, je suis pas chez moi ici, je suis dans le Calvados. Chez moi c’est la Manche. C’est à dire, moi je suis de Valognes, une ville qui a été pratiquement rasée parce que c’est à 26 km de Cherbourg, les Anglais ont débarqué de Cherbourg et puis… vous voyez la Manche comment c’est fait ? Il y avait une route et puis c’était tout. Donc, ça n’a pas été une partie de plaisir. Moi, j’ai gardé des souvenirs très chaleureux de mon enfance pénible, mais j’étais très entourée, même quand mon père est parti plus de quatre ans, presque cinq ans. J’avais ma mère et ma grand-mère, on était quatre enfants, on se débrouillait pour maintenir tout le monde la tête hors de l’eau. Ça a pas été une époque facile. Alors par contre vous voyez l’hygiène qui pouvait y avoir, parce que vous voyez les cotillons sont très bas donc ça traîne dans la… pour laver ils allaient au doui.

Au doui  ?

… Au lavoir. C’était un lavoir. Elles lavaient sur des cailloux plats, et puis il y avait une belle eau claire. Elles lavaient le linge comme ça. Ça par contre ça ne pouvait être lavé qu’à l’eau et au savon c’est tout. L’hygiène… Enfin, il s’en sont tirés quand même.

Mais j’aime bien cette œuvre [Les Glaneuses] où on les voit courbées. J’ai jamais vu le tableau moi.

Et vous aviez des objets qui représentaient ce genre de scènes chez vous ?

Non non… mais par contre comme avant de partir, mon père était facteur, donc la poste… Le petit peu de postes qu’il y avait, les PTT, ils apportaient toujours le courrier et c’était ma maman, c’était elle qui partait de Morville pour aller chercher le courrier à Valognes, sept kilomètres en vélo avec une petite remorque. Et elle rapportait le courrier pour Yvetot-Bocage et Morville. Vous voyez ? Et après elle triait le courrier, elle faisait la tournée des maisons, c’était pas Paris hein, il n’y avait pas des milliers de gens. Mais enfin il fallait quand même le faire. Et pendant ce temps-là c’était notre grand-mère qui nous gardait nous. C’était comme ça. J’ai pas été traumatisée du point de vue enfance. Où j’ai été traumatisée c’est quand les Allemands ont été plus présents, ils rôdaient un peu partout pour écouter, c’était leur boulot.

Et vous aviez à peu près quel âge à ce moment-là si vous vous en souvenez ?

Oh écoutez, je m’en rappelle plus. Écoutez, je suis née en 1936, alors en 1940… puisque la déclaration de la guerre c’était en 1939, vous voyez 36, 37, 38, 39… Là j’étais déjà grande, mais j’avais des responsabilités par contre. Mes deux petits frères étaient plus petits, donc c’était moi la grande. D’ailleurs, mon père ne m’appelait jamais par mon prénom, il m’appelait « la grande ». C’était une charge ça par contre. C’était comme ça. Y avait pas que moi hein ! J’étais pas… j’étais pas Cosette. Cosette elle est habillée comme ça.

Là, dans ce tableau [Les Glaneuses], là je vois surtout… le recueillement. Le recueillement par rapport à la religion. Parce que les gens, même les pauvres gens… les gens étaient pieux. Ceux qui se révoltaient un petit peu moralement c’était ceux qui étaient un petit plus instruits […]. Ma grand-mère qui savait pas ce que c’était que l’école, ma grand-mère est morte, aveugle, mais elle n’a jamais fait de fautes d’orthographe. Mon père a réussi à passer son certificat d’études, à cette époque-là, parce qu’il s’était vanté quand il était au régiment, il s’était vanté qu’il serait militaire et son capitaine lui a dit : « Vous vous débrouillez, mais vous ne pourrez jamais être militaire parce que vous n’avez pas votre certificat d’études ». Eh ben il s’est inscrit et il a eu son certificat d’études. C’est à dire, lui, il était grand [âgé] et quand il a voulu aller faire les devoirs pour le certificat d’études, ça faisait rire les gamins. Pis ce militaire a passé l’examen et il a eu son certificat d’études. Et tout seul parce qu’il est jamais allé à l’école ! Moi qui faisait des fautes d’orthographe, il me disait « Je comprends pas que tu fasses des fautes d’orthographe et que tu n’aimes pas l’école » – j’aimais pas l’école – [et de rajouter: ] « moi j’allais à l’école même le dimanche ». Je trouvais ça quand même un petit peu bizarre et alors je m’en suis quand même ouverte à ma grand-mère et elle me dit « Oui il passait devant l’école le dimanche ! ». Parce qu’ils avaient des chèvres, et les chèvres ça se nourrit partout donc il suffisait qu’ils emmènent les chèvres dans les landes, il y avait des landes, il y avait des carrières par là. Donc le dimanche comme tous les autres jours de la semaine, il emmenait les quatre, cinq ou six bestioles et il passait devant l’école donc pour lui il allait à l’école.

Bon demandez-moi… Parlez-moi de Jean-François Millet plutôt que de mes souvenirs.

Est-ce que vous vous souvenez du son de l’Angélus ?

Trois fois par jour. Six heures, midi, six heures. Les horaires. À la campagne il y avait l’heure officielle c’est-à-dire l’heure du gouvernement, mais à la campagne ils marchaient une heure après. Nous on appelait ça « à la vieille ». Et puis après, quand il y a eu les « Boches », quand il y a eu les Allemands, c’était trois heures parce qu’eux ils marchaient à leur heure comme en Allemagne alors c’était pas toujours facile.

Oui ça a du tout changer.

Ah c’était comme ça, il fallait se plier à ce qu’ils… Mais eux, quand même, ça doit dater de bien avant la guerre quand même. Jean-François Millet c’était quoi ? 1800 ? Vous savez ma pauvre tête elle est un peu fatiguée.

Et, est-ce que ce sont des tableaux que vous voyiez beaucoup ?

Non ! Non, non. Quand j’étais enfant non. Jamais. Premièrement, pendant je ne sais pas combien d’années, faudrait que j’arrive à recompter en comptant sur mes doigts, y avait pas d’école avec l’occupation allemande et puis nous on était quand même… Au moment du débarquement et tout ça y avait pas, y avait pas de maîtresse d’école, mais les gens étaient pas fous. Et puis y avait pas d’école. En plus une toute petite école comme… Je sais pas combien on pouvait être, mais… Moi j’aimais bien l’école c’était pour… Comment ? La récréation, c’était tout !

Je me rappelle pas moi de l’âge. Pas de l’âge, mais de ces années-là.

Alors là, au fond [montrant l’arrière plan de la reproduction de L’Angelus], je sais pas, c’est une église ou un phare ?

C’est une église.

Oui d’accord avec le bosquet d’arbres. Et ça c’est une brouette. Eh ben avec ce qu’il avait dû glaner sûrement ! Je sais pas si c’est à la même époque, enfin en tout cas c’est la même façon de s’habiller. Y a même une fourche. Une fourc ! Et même des fois certains disaient une forc ! Par exemple, pour dire les enfants on disait pas les enfants on disait les quenâles. J’ai toujours fait le rapprochement entre quenâles et children. Bah on a quand même envahi l’Angleterre pendant quand même pas mal d’années. C’est pas 400 ans ?

Si ce n’est pas indiscret, est-ce que vous avez travaillé dans votre vie adulte ?

Oui. Je suis entrée à l’hôpital de Coutances. J’avais 15 ans et j’y ai été 40 ans. Je suis entrée comme servante. Je savais pas que ça existait ce grade-là. Quand j’étais sur le point de faire mes papiers pour partir en retraite, je suis allée voir la responsable, la DRH et je lui dis « Bah regardez, j’ai trouvé ça dans toutes ma paperasse : servante ! ». Elle me dit « Mais c’est pas un grade ça ! ». Mais par contre je n’étais pas payée. Pendant trois ans j’ai travaillé pour la gloire. C’est à dire que, j’étais nourrie et ils voulaient bien me loger. Mais moi j’aimais mieux être chez ma tante que d’être à l’hôpital, à coucher à l’hôpital. C’est-à-dire que j’ai perdu trois ans, je me dis « Mais ils étaient cinglés à ce moment-là ! ». Rendez-vous compte s’il m’était arrivé quelque chose, si j’avais fait une bêtise ? J’étais en maternité, si j’avais laissé tomber un petiot ? Enfin, je devais avoir un bon Dieu spécial au-dessus de la tête, sans ça, il me serait arrivé quelque chose ! Donc j’ai commencé comme servante, après j’ai dit « Va falloir qu’on sorte de là ! ». On s’est arrangé pour avoir les cours : ma sœur était à ce moment-là à Cherbourg, à l’hôpital Pasteur et elle me procurait les cours d’aide-soignante – parce que le directeur n’a jamais voulu rien organiser – on s’est fait notre petite étude. On est allé passer notre examen d’aide-soignante à Saint-Lô, et on a été reçu tous les quatre ! Et pas peu fières, c’est moi qui vous le dis ! Et puis après j’ai continué, et puis j’ai dit « Bon maintenant, puisque dans ma famille tout le monde a des diplômes ! ». Et j’ai repris des études et j’ai passé infirmière. Alors là, ce jour-là, je peux vous dire, c’était la fête ! J’ai été reçue première de la promotion ! Comme ça, j’ai pu choisir le service où je voulais aller, je suis allée en cardiologie. Et puis après, j’ai arrêté parce que j’ai perdu mon petit garçon. Alors j’ai préféré arrêter, j’avais peur de faire des bêtises… Alors là, ça a été fini. Mon mari était photographe, c’est lui qui a fait tout ça [montre des photographies de ses enfants].

Et j’ai gardé des bons souvenirs, malgré cette terrible guerre qu’on a vécue, qui a été quand même pesante. Mais j’avais pas d’amis chez les gens riches. Par contre, j’avais des bons camarades avec qui j’allais à l’école. Moi j’aimais bien les récréations, c’était plutôt mon truc ! Ou alors si, par contre, la poésie, tout ça, oui ça m’allait. Mais alors les mathématiques, mais alors pas du tout…

Mon mari, le pauvre. Il était photographe au départ. A quatorze ans, il est allé chercher une place chez un photographe réputé de Coutances. […] Et puis, il n’a pas eu besoin de chercher du boulot, parce qu’on l’a envoyé en Algérie. Donc, mon père en Allemagne, mon mari en Algérie, mon beau-frère en Indochine… C’est des choses qui vous marquent, dans le mauvais sens du terme. Mais enfin, bon ! Et puis maintenant, vous voyez, je suis en prison. Je n’arrive pas à accepter ça. Mais qu’est-ce que vous voulez, je ne peux pas immobiliser mes deux filles, c’est pas possible. Puisque mon fils est mort, le pauvre, et puis ses enfants sont en Picardie. Il faut accepter son destin, donc on attend la fin.

[…] Nous on habitait Coutances, et puis Bayeux, c’est loin, c’est l’étranger, je connais pas là.

Entretien avec Roselyne Mailhé, de Béziers

Entretien réalisé par Alix Bancarel.

Pouvez-vous tout d’abord vous présentez brièvement ?

Je m’appelle Roselyne Mailhé, je suis née en 1936 et j’habite à Fraïsse-sur-Agoût. Depuis que je suis à la retraite, j’ai acheté une maison secondaire à Béziers pour être plus proche de ma famille.

Vous possédez une représentation Des Glaneuses de Millet, pouvez-vous décrire cet objet ?

Ce n’est pas une peinture, c’est plutôt une image de cette scène, mise sous verre et dans un cadre de petit-format. Elle est encerclée par une bordure rouge foncée, c’est assez joli.

D’où provient-elle ? Où l’avez-vous acheté ?

Je l’ai achetée sur le marché aux puces des Allées Paul Riquet à Béziers. Je me promenais sans vraiment chercher quelque chose. Quand j’ai vu ce cadre j’ai tout de suite pensé au même tableau qu’il y avait là où je vivais quand j’étais jeune au Domaine de la Conseillère, sur la Route de Montagnac. Je suis née là-bas car mes parents y travaillaient comme domestiques pour le Comte Rodez-Bénavent.

Comment était ce tableau et où était-il exactement ?

C’était une peinture, une copie sûrement. Il y en avait plein dans la Salle à manger du comte et de la comtesse, propriétaires des lieux. Les murs étaient remplis de tableaux, je ne me souviens pas de tous mais celui-ci m’a marqué.

Que vous évoque-t-il désormais ?

Quand je l’ai vu cela m’a rappelé mon enfance et beaucoup de souvenirs, alors ça m’a fait plaisir de l’acheter.

C’est simplement un geste symbolique alors ?

Oui bien-sûr, c’est personnel. Mais je vais quand même m’en servir pour décorer mon salon, j’aime bien mettre des cadres au mur cela fait moins vide.

Hormis ces souvenirs, vous ne connaissez pas particulièrement l’histoire de cette œuvre ?

Non pas du tout, on a dû m’expliquer quand j’étais petite car les Rodez-Bénavent étaient issus d’une famille de l’aristocratie, ils étaient cultivés. Mais pour tout vous dire je n’avais retenu que le nom du tableau, je sais qu’il est très célèbre mais c’est tout. C’est ma fille, qui était avec moi quand je l’ai acheté, qui m’a parlée du peintre Millet.

Entretien avec Pierre M., retraité, à Paris.

Entretien réalisé par Lise Morlon.

Nous effectuons une enquête sur les personnes possédant les Glaneuses et nous voulions vous poser quelques questions à ce sujet. Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Pierre M., retraité. A travaillé chez Larousse à Paris. A grandi dans la ville de Nevers. Père médecin rhumatologue ; grand-père maternel paysan, des paysans « qui ont des terres » dans le Cher ; et grand-père paternel menuisier, dans le Cher également.

Pouvez-vous me décrire l’objet que vous possédez ?

C’est un médaillon de taille moyenne, 16 centimètre de diamètre, qui représente le motif des Glaneuses, de Jean-François Millet, mais avec une vraie interprétation dans le trait. C’est une reproduction en couleur serti sur verre, c’est assez bien fait. Je n’arrive pas à saisir la technique utilisée.

À quoi correspond ce motif dans votre imaginaire ?

Ma génération, celle des années 50, l’avait tellement en tête, qu’elle avait ce motif presque en horreur. Il s’agit d’un symbole un peu lourd du monde paysan. Une peinture lourde de sens, côté besogneux d’une France travailleuse, dans l’économie.

Comment cette pièce s’est retrouvée dans votre maison ?

Cette pièce a été achetée en brocante. La forme que prend la représentation — un médaillon — allège la scène « trop connue » des Glaneuses et lui donne un charme plus intime, je trouve. Je ne me rappelle plus de la personne qui me l’avait vendue.

Pour vous qu’est ce qui est représenté ?

Une scène du monde paysan. À l’époque, le monde paysan représentait 80% de la population, maintenant 10%, voire moins. Les gens ont quitté le monde paysan pour devenir ouvriers chez Renault. À l’époque, rien ne devait se perdre dans la production —perte énorme de ce qui était stocké dans les greniers, souris etc. À l’époque, glaneur n’était pas un terme péjoratif parce que tout le monde le pratiquait — ces pauvres gens passaient derrière la récolte, ramassaient la production agricole restante. Il n’étaient pas propriétaire des lieux mais avaient leur accord pour ramasser ce qui était par terre, pommes de terre et blé, ressources essentielles à l’époque.

Est-ce que vous envisagez de garder ce tableau ? Ou bien de vous en défaire ?

Je suis du genre à accumuler. J’ai du mal à me séparer des choses et, malgré la lourdeur du message, je me répète, mais le médaillon lui donne une forme autre que j’apprécie dans mon intérieur.

Entretien avec Isabelle, Liévin (62800)

Entretien réalisé par Pauline Bessin

Premièrement, pouvez-vous m’expliquer dans quel contexte avez-vous acquis ce moulin à café? J’ai plusieurs objets avec ces motifs : un moulin à café ancien, des assiettes en faïence, des assiettes en cuivre… Ils proviennent du domaine familial : le moulin à café de mes grands-parents, les assiettes de mes parents.

Avez-vous conservé cet objet jusqu’aujourd’hui par affection?

Le moulin à café oui je l’ai gardé pour deux raisons : sentimental et côté ancien.

Vos objets ou les tableaux de Millet sont-ils pour vous associés à un souvenir précis?

J’ai toujours connu les 3 scènes : Les Semeuses / Les Glaneuses / L’Angélus. Je suis originaire de la campagne et des Flandres. Pour moi, ces scènes faisaient parties de mon quotidien dans mon enfance et un rattachement à la nature.

Pourquoi vous en séparer aujourd’hui?

 Les objets ne sont plus adaptés à la déco, j’aimerai qu’ils retrouvent une autre vie ailleurs que dans le grenier surtout que les enfants ne sont pas fans de ces objets.

Entretien avec Nicole, Vendin-le-Vieil (62880)

Entretien réalisé par Pauline Bessin

Objet possédé : Assiettes ajourées « Les Glaneuses » et « L’Angélus » – diamètre 19 cm – porcelaine bavaroise Shumann.

Pouvez-vous m’expliquer dans quel contexte avez-vous acquis ces objets ?

J’ai récupéré ces deux assiettes suite au décès de mes grands-parents en 1969 quand j’avais 23 ans, sachant que j’ai 75 ans aujourd’hui.

Avez-vous conservé ces assiettes jusqu’aujourd’hui par affection? Ces tableaux sont-ils associés pour vous à un souvenir précis?

Je les ai gardées par sentimentalité. Effectivement, j’ai des souvenirs très précis je les revois sur un mur près du fauteuil où était assis mon grand-père.

Pourquoi vous en séparer aujourd’hui?

Je me suis décidée à les vendre car mon mari a de gros problèmes de santé et les soins non remboursés par la sécurité sociale compenseront je suis sûre que de là-haut ils comprendront mon geste.

Puisque ces assiettes viennent de vos grands-parents, savez-vous pourquoi elles leur plaisaient?

Ça je ne pourrais pas vous dire, désolée. Ça fait très loin car ils sont décédés en 1969. Je trouve ça bien que vous vous intéressiez à des gens comme Jean-François Millet, un grand homme illustre.

Entretien avec Ginette, retraitée, à Reilly

Entretien réalisé par Arthur Willi.

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Bonjour, je suis Ginette, je vis dans l’Oise en Picardie dans le petit village de Reilly et j’ai 74 ans, je suis une ancienne ouvrière de chez Renault comme mes deux autres sœurs.

Pouvez-vous décrire et présenter les objets que vous possédez ? Vous en possédez plusieurs il me semble ?

J’ai une vieille carte postale représentant le tableau qui me sert de marque page et un moulin à grain en bois et en fer blanc rouillé avec quatre plaques sur les côtés représentant Les Glaneuses. Les plaques sont noires et blanches avec quelques touches de couleurs sur les vêtements des paysannes. J’ai reçu le moulin à grain d’un voisin agriculteur qui désirait me faire un cadeau pour mes 70 ans. La carte je ne sais plus où je l’ai eu, chez un marchand de journaux, il me semble.

Connaissez-vous peut être le sujet ?

Oui, bien sûr, ce sont Les Glaneuses de Millet, j’en ai moi-même vu ramasser des grains plus haut dans les champs, dans les années 1960, si je ne dis pas de bêtises.

Quelle valeur sentimentale ou artistique a cet objet a pour vous ?

Le moulin à grain n’a pas vraiment de valeur marchande mais je l’apprécie, il me rappelle la campagne et les souvenirs de mon enfance. Il a en quelque sorte une valeur sentimentale. La carte postale est utilisée comme marque-page, je n’y prête pas vraiment attention.

Est-ce que l’univers agricole/paysan vous est familier ?

Mon père était instituteur et ma mère s’occupait de mes sœurs et moi, j’ai pour ainsi dire une vision un peu extérieure du monde paysan. Je voyais les paysans travailler avec leurs outils et leurs vieilles charrues.

Envisagez-vous de vous en séparer et pourquoi ?

C’est un cadeau d’un voisin que je connais depuis plus de trente ans, je ne le vendrai pas. Il aime venir l’admirer de temps en temps, cela lui rappelle des souvenirs, je pense…

Témoignage de Mme Fejoz, Châteauneuf-du-Faou (Finistère)

Mme Fejoz nous a transmis par courriel ses souvenirs sur les éléments de service en sa possession.

Voici mon modeste témoignage

Je possède des bols, des petites assiettes ainsi que des pots à épices décorés de médaillons représentant l’angélus ainsi que les glaneuses. Ils me viennent de mes grands-parents et étaient utilisés par ces derniers dans la première moitié du XX siècle (entre 1920 et 1960).

Deux formats différents pour les bols :

  • Les bleus plus « renflés » sont ornés d’un seul médaillon (décor angélus)
  • Les jaunes comportent 2 médaillons opposés (décor angélus)

Mes grands-parents de milieu modeste et rural (mon grand-père était artisan ébéniste à Châteauneuf du Faou ; ma grand-mère, femme au foyer) disposaient ces bols et ces assiettes sur la table lors « du 4h »* proposé aux invités à l’occasion des fêtes ou réunions familiales importantes (baptêmes, communions, enterrements…) et du Grand Pardon de Notre Dame des Portes (fête religieuse locale qui à l’époque, durant le mois d’août, attirait des milliers de pèlerins).

Les petites assiettes (décor angélus) servaient à mettre les parts de far, de tarte et les poires au sirop faites maison. Je précise que mes grands-parents étaient croyants et pratiquants.

Les pots à épices (décor les glaneuses) faisaient office de décoration et de vide-poches pour les pastilles, les cachets, pour les petits bonbons coquelicots, à la menthe, à la violette ou au caramel mais également pour la monnaie ainsi que pour les barrettes, épingles et peignes à cheveux indispensables pour le montage de la coiffe de ma grand-mère.

*Le « 4h » dans notre secteur de Bretagne correspond au gouter avec son indispensable café servi entre 16h et 17h. 

Entretien avec Françoise et Pierre G, Nogent-sur-Marne.

Entretien réalisé par Julie Goy.

Pouvez-vous, avant toute chose, vous présenter brièvement ?

Nous sommes Pierre G. et Françoise G., nous habitons à Nogent-sur-Marne dans le Val-de-Marne. Nous avons 77 et 76 ans, et nous sommes retraités.

Pouvez-vous me parler du plateau que vous possédez ?

C’est un souvenir d’un voyage au village de Villedieu-les-Poêles. C’est un grand plateau en cuivre. Dessus, sont représentées des semeuses.

Qu’est-ce qui est particulier avec le village de Villedieu-les-Poêles ?

C’est un village en Normandie où on trouve beaucoup d’objets en cuivre. Plutôt, où on trouvait. Des casseroles, des faitouts, des cloches. Nous avons acheté ce plat chez un artisan du cuivre.

Pourquoi avez-vous choisi ce motif en particulier ?

Parce que le motif nous plaisait. Des semeuses. Il n’y a pas un tableau qui existait comme cela, d’un peintre, je crois ?

Si. Mais lorsque vous l’avez acheté, vous ne saviez pas forcément qu’il s’agissait du tableau ?

Oui, on l’a choisi parce qu’il nous a plu sur le moment. On ne savait pas que c’était le motif d’un tableau à l’origine. C’est après coup que nous avons su qu’un tableau présentait le même motif. Nous ne nous souvenons même plus qui l’a peint.

C’est l’œuvre du peintre Millet. Que vous évoque alors ce motif ?

La campagne… Les travaux des champs. Que les femmes travaillaient le plus aux champs, qu’elles faisaient ce genre de besognes. (Pierre) Moi, je suis allé glaner des pommes de terre quand j’avais 8 ans. Ma mère avait un grand landau que je remplissais.  Parce qu’ils ramassaient les pommes de terre avec une machine, et à chaque bout de champs, lorsque la machine fait demi-tour, il y en a plein qui ne sont pas ramassés. C’était à Torcy en Seine-et-Marne.

Quand avez-vous acheté ce plateau ?

Il y a au moins 40 ans, lorsque nos fils étaient enfants. Nous y sommes allés en vacances, lorsque nous sommes allés à Granville, en Normandie.

Pourquoi avez-vous choisi de l’exposer dans votre cuisine ?

Parce que dans la cuisine, on range la plupart des objets en cuivre.

Alors, ce choix vient plutôt de la matière de l’objet, plutôt que de son motif ?

Oui. Mais les glaneuses ramassent des choses que l’on mange, alors on trouvait ça bien dans la cuisine.

Est-ce que vous connaissez le motif de l’Angélus ?

Vaguement. Cela se passe aussi dans les champs, pendant les travaux des champs. C’est le curé qui sonne l’Angélus.

Pourquoi n’avez-vous acheté qu’un plat ? Tenez-vous à celui-ci ?

Parce que le cuivre c’était cher à l’époque. C’est un bel objet. Aujourd’hui le cuivre n’est plus à la mode. Il n’y a plus qu’une boutique de cuivre dans ce village, la production n’est plus celle qu’elle était. Nous tenons à l’objet pour le souvenir qu’il représente, de vacances en famille.

Souhaiteriez-vous le mettre en vente si on vous disait qu’il se vendrait un bon prix ?

Oh, non. Il nous rappelle des souvenirs, nous aimons cet objet.

Entretien avec Roland, commerçant à la retraite, à Parnes (60).

Entretien réalisé par Arthur Willi.

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Roland, j’ai 83 ans, ancien fils d’un agriculteur et je vis à Parnes dans l’Oise. Mes parents étaient aussi agriculteurs et spécialisés dans les céréales, les vaches à lait, le maïs. À mes deux ans, pendant la guerre, mon père a été arrêté par les allemands et a été travaillé dans les champs en Allemagne pendant 5 ans. En l’absence de mon père, ma mère était aidée par des gens du village. Nous avions aussi des faucheuses-lieuses qui faisaient les blés en bottes. Après on les ramassait. À 10 ou 12 ans, on trayait les vaches, il n’y avait pas de machines. Après l’école, on faisait les champs. À mon certificat d’étude, à 14 ans, j’ai commencé à planter les pommes de terre autour du 20 mars, car c’est le meilleur moment pour les planter.

Pouvez-vous décrire et présenter les objets que vous possédez ?

J’ai un tableau des Glaneuses peint par un agriculteur qui peignait pendant son temps libre.

Connaissez-vous le sujet ?

Mon père avait des terres. À la fin des récoltes de blé, des gens venaient glaner les épis. Les champs n’étaient pas fermés donc ils venaient librement. Nous on ne disait rien. C’étaient des gens de l’extérieur qui n’avaient pas de terre.

Quelle valeur cet objet a pour vous ?

Il représente surtout des souvenirs d’enfance dans les champs car j’ai travaillé pendant presque 60 ans dans les champs à l’époque où les agriculteurs étaient tirés par les bœufs.

Envisagez-vous de vous en séparer et pourquoi ?

Je le vends sur eBay car ma fille ne l’aime pas et trouve que cela fait vieillot. Je n’ai pas de problème à le vendre, j’ai d’autres objets qui me rappellent cette vie. Je ne pense pas le vendre de toute façon. Vous savez à 19 ans et demi, je suis parti de la ferme et pendant 4 mois et demi j’ai travaillé dans une autre exploitation dans l’Oise près de la Chapelle en Vexin. Elle faisait 200 hectares avec un pavillon de chasse pour les riches. Après ça, j’ai fait le Service Militaire, mes classes à Épinal, dans les Vosges et après 1 an en Allemagne à Fribourg et après 1 an en Algérie à Constantine du côté tunisien pendant la guerre d’Algérie. Après le Service Militaire, j’ai répondu à une annonce dans le journal La France Agricole, pour travailler sur les marchés à Orly pour les livraisons dans les écoles et des remplacements de vendeurs. C’est là que j’ai appris mon métier de commerçant que j’ai gardé 40 ans. Sur les marchés, j’étais spécialisé dans les pommes de terre et je faisais du porte à porte avec le camion de la société, j’ai appris sur le tas.

Connaissez-vous d’autres personnes possédant le même type d’objets ou les retrouvez-vous souvent par exemple en brocantes ?

Ma femme en possédait je crois, un jeu de dés représentant l’Angélus et Les Glaneuses.

Connaissez-vous d’autres œuvres d’art en rapport avec le monde de l’agriculture dont on a fabriqué des objets dérivés ?

Non, désolé.

Témoignage de Marianne, 85 ans (Bretagne).

Entretien réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

J’ai récupéré ces photos des œuvres de Papa dans l’album scanné « noces d’argent ». A l’époque il travaillait la nuit et occupait ainsi ses après-midi. Il était alors au début de sa carrière dans les PPT. Personnellement je préférais les Glaneuses, qui me rappelaient des souvenirs de moissons à Pouldergat.

L’Angélus quant à lui me rappelle la guerre. C’était pour moi un symbole de résistance. En arrivant en France, les Allemands ont imposé l’heure allemande et certaines églises, en signe de résistance, continuaient de sonner l’angélus à l’heure française. Les vaches, les cochons, les poules et les horloges des clochers ont résisté à l’heure allemande !… souvenir d’une époque où nous avions fui Rennes pour nous réfugier à Comblessac.

Je ne sais pas à quelle époque les œuvres de papa ont disparu de la chambre de maman. Je pense que mon frère doit en savoir plus que moi. Il me semble que les reproductions de ces deux œuvres étaient très répandues chez les gens et dans les livres.

Entretien avec Louis, né en 1914. Cultivateur à la retraite, originaire de la région de Bayeux.

Entretien réalisé par Oriane Dubois

Bonjour Monsieur. Vous vous souvenez lors de mon passage, quand j’étais venue en mai,  je vous avais montré ces tableaux…

Oui, ça c’est Les Glaneurs ou Les Glaneuses et ça c’est L’Angélus. Ils sont courbés, ils continuent leur travail et là ils s’arrêtent pour prier.

Exactement. Et est-ce que ça vous évoque des choses particulières, quand vous regardez ces tableaux ?

J’ai les deux en tête. J’avais vingt ans, vous vous rendez compte ? Ça c’est l’Angélus, j’ai l’Angélus de la mer en tête [chanson de 1894, paroles de Léon Durocher, mis en musique de Gustave Goublier], ici c’est le même rapport. Mais l’Angélus de la mer, c’est différent…

Qu’est-ce que c’est que l’Angélus de la mer ?

C’est un moment de recueillement, à l’heure du repos, à sept heures. Ça représente sept heures, l’heure de la fin de la journée.

Est-ce que je peux vous demander en quelle année vous êtes né ?

1914, 14 janvier 1914. C’est facile à se rappeler. Je suis dans la cent sixième année !

Et… est-ce que vous avez grandi à la campagne ?

Oui, j’étais cultivateur. Alors, mes parents étaient cultivateurs, j’ai continué. Jusqu’à la retraite et même après !

Dans quel endroit, quelle ville ?

Entre Isigny et Bayeux, Colombières. C’est le bord des marais, c’est le bord de l’Orne. La ferme était tout à fait sur le bord de la rivière. L’hiver en grande crue on avait l’eau sous les yeux pendant un mois.

Est-ce que quand vous étiez petit, vous glaniez ?

Oh oui ! Oui, je me rappelle ! Parce qu’il n’y avait pas de machines comme maintenant. C’était des petites machines, pas tellement sophistiquées. Il y avait des épis qu’il fallait couper à cinquante centimètres de la terre. Alors la machine passait et ils enlevaient des épis. Le jeudi, c’était la journée des écoles,de repos et tous les jeudis après-midi, on était plusieurs enfants de plusieurs familles. Comme ça, c’était agréable remarquez !

Et vous aviez quel âge quand vous faisiez cela ?

Oh, j’avais entre sept et douze ans. À treize –quatorze ans, j’avais mon certificat d’études, on s’occupait davantage de la ferme que de cela. Glaner c’était le plaisir des enfants et ça servait à nourrir les poules. Les poules, on leur jetait des épis et elles épluchaient et grattaient. 

Qu’avez-vous fait après avoir eu votre certificat d’études ?

J’ai travaillé à la ferme. On trayait les vaches à la main. J’ai commencé à traire à l’âge de douze-treize ans. Eh oui, c’était différent de maintenant !

Vous êtes né en 1914, donc vous avez vécu deux guerres ?

C’est à dire que je suis né au début de la guerre de 14. Et mon père était avec six enfants, il a été mobilisé. Mais comme étant un père de famille, il a été mobilisé… comme tous quoi. 

Vous m’avez dit que vous aviez été fait prisonnier, il me semble ?

L’effet de l’ensemble […] Y a toute la suite hein. On a vu la rencontre Allemands Anglais et Français. Les Français, avant la guerre, on leur disait que les Allemands n’avaient rien pour faire la guerre et c’était le contraire… Quand on a vu les Allemands nous prendre, on était choqué. C’était dur, très dur. C’est comme ça, et j’ai vécu ça pendant six ans.

Quels souvenirs vous avez de votre ferme ?

J’avais des animaux. De tout. Veaux, vaches, chevaux, tout. Tout ce qui concerne l’exploitation agricole. Le lait, la volaille, les lapins, y’avait pas le matériel de maintenant, tout était fait à la main. Ça ne peut pas s’oublier.

Est-ce que vous savez si pendant longtemps les gens ont continué à glaner dans les champs après la guerre ?

Ah non. Si tôt qu’on avait l’âge de travailler, treize -quatorze ans, ça s’arrêtait le glanage.

Vous avez vécu toute votre vie en Normandie ?

Oui. Après les années de captivité. J’ai été en Allemagne, ensuite en Russie. J’ai été prisonnier allemand, et j’ai été refait prisonnier une deuxième fois par les Russes. J’ai été prisonnier six mois à Odessa et après ils m’ont rapatrié. Mais, c’était dur, ils étaient durs les Russes, c’était pas facile. Une fois qu’on était fait prisonnier, on était à leur service. […]

Vous avez vécu beaucoup de choses.

Oh oui ! Et puis après, la retraite… Quand je suis rentré de captivité, il fallait se remettre au travail ! C’était le mois d’août, c’était le moment des foins. Le lendemain de ma rentrée, j’étais au travail hein. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search