Entretien avec Louis, né en 1914. Cultivateur à la retraite, originaire de la région de Bayeux.

Entretien réalisé par Oriane Dubois

Bonjour Monsieur. Vous vous souvenez lors de mon passage, quand j’étais venue en mai,  je vous avais montré ces tableaux…

Oui, ça c’est Les Glaneurs ou Les Glaneuses et ça c’est L’Angélus. Ils sont courbés, ils continuent leur travail et là ils s’arrêtent pour prier.

Exactement. Et est-ce que ça vous évoque des choses particulières, quand vous regardez ces tableaux ?

J’ai les deux en tête. J’avais vingt ans, vous vous rendez compte ? Ça c’est l’Angélus, j’ai l’Angélus de la mer en tête [chanson de 1894, paroles de Léon Durocher, mis en musique de Gustave Goublier], ici c’est le même rapport. Mais l’Angélus de la mer, c’est différent…

Qu’est-ce que c’est que l’Angélus de la mer ?

C’est un moment de recueillement, à l’heure du repos, à sept heures. Ça représente sept heures, l’heure de la fin de la journée.

Est-ce que je peux vous demander en quelle année vous êtes né ?

1914, 14 janvier 1914. C’est facile à se rappeler. Je suis dans la cent sixième année !

Et… est-ce que vous avez grandi à la campagne ?

Oui, j’étais cultivateur. Alors, mes parents étaient cultivateurs, j’ai continué. Jusqu’à la retraite et même après !

Dans quel endroit, quelle ville ?

Entre Isigny et Bayeux, Colombières. C’est le bord des marais, c’est le bord de l’Orne. La ferme était tout à fait sur le bord de la rivière. L’hiver en grande crue on avait l’eau sous les yeux pendant un mois.

Est-ce que quand vous étiez petit, vous glaniez ?

Oh oui ! Oui, je me rappelle ! Parce qu’il n’y avait pas de machines comme maintenant. C’était des petites machines, pas tellement sophistiquées. Il y avait des épis qu’il fallait couper à cinquante centimètres de la terre. Alors la machine passait et ils enlevaient des épis. Le jeudi, c’était la journée des écoles,de repos et tous les jeudis après-midi, on était plusieurs enfants de plusieurs familles. Comme ça, c’était agréable remarquez !

Et vous aviez quel âge quand vous faisiez cela ?

Oh, j’avais entre sept et douze ans. À treize –quatorze ans, j’avais mon certificat d’études, on s’occupait davantage de la ferme que de cela. Glaner c’était le plaisir des enfants et ça servait à nourrir les poules. Les poules, on leur jetait des épis et elles épluchaient et grattaient. 

Qu’avez-vous fait après avoir eu votre certificat d’études ?

J’ai travaillé à la ferme. On trayait les vaches à la main. J’ai commencé à traire à l’âge de douze-treize ans. Eh oui, c’était différent de maintenant !

Vous êtes né en 1914, donc vous avez vécu deux guerres ?

C’est à dire que je suis né au début de la guerre de 14. Et mon père était avec six enfants, il a été mobilisé. Mais comme étant un père de famille, il a été mobilisé… comme tous quoi. 

Vous m’avez dit que vous aviez été fait prisonnier, il me semble ?

L’effet de l’ensemble […] Y a toute la suite hein. On a vu la rencontre Allemands Anglais et Français. Les Français, avant la guerre, on leur disait que les Allemands n’avaient rien pour faire la guerre et c’était le contraire… Quand on a vu les Allemands nous prendre, on était choqué. C’était dur, très dur. C’est comme ça, et j’ai vécu ça pendant six ans.

Quels souvenirs vous avez de votre ferme ?

J’avais des animaux. De tout. Veaux, vaches, chevaux, tout. Tout ce qui concerne l’exploitation agricole. Le lait, la volaille, les lapins, y’avait pas le matériel de maintenant, tout était fait à la main. Ça ne peut pas s’oublier.

Est-ce que vous savez si pendant longtemps les gens ont continué à glaner dans les champs après la guerre ?

Ah non. Si tôt qu’on avait l’âge de travailler, treize -quatorze ans, ça s’arrêtait le glanage.

Vous avez vécu toute votre vie en Normandie ?

Oui. Après les années de captivité. J’ai été en Allemagne, ensuite en Russie. J’ai été prisonnier allemand, et j’ai été refait prisonnier une deuxième fois par les Russes. J’ai été prisonnier six mois à Odessa et après ils m’ont rapatrié. Mais, c’était dur, ils étaient durs les Russes, c’était pas facile. Une fois qu’on était fait prisonnier, on était à leur service. […]

Vous avez vécu beaucoup de choses.

Oh oui ! Et puis après, la retraite… Quand je suis rentré de captivité, il fallait se remettre au travail ! C’était le mois d’août, c’était le moment des foins. Le lendemain de ma rentrée, j’étais au travail hein. 



Citer ce billet
Suzanne Martin-Vigier (2019, 6 juillet). Entretien avec Louis, né en 1914. Cultivateur à la retraite, originaire de la région de Bayeux. Millet en mémoire. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rd7b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search