Entretien avec Pierre M., retraité, à Paris.

Entretien réalisé par Lise Morlon.

Nous effectuons une enquête sur les personnes possédant les Glaneuses et nous voulions vous poser quelques questions à ce sujet. Avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Pierre M., retraité. A travaillé chez Larousse à Paris. A grandi dans la ville de Nevers. Père médecin rhumatologue ; grand-père maternel paysan, des paysans « qui ont des terres » dans le Cher ; et grand-père paternel menuisier, dans le Cher également.

Pouvez-vous me décrire l’objet que vous possédez ?

C’est un médaillon de taille moyenne, 16 centimètre de diamètre, qui représente le motif des Glaneuses, de Jean-François Millet, mais avec une vraie interprétation dans le trait. C’est une reproduction en couleur serti sur verre, c’est assez bien fait. Je n’arrive pas à saisir la technique utilisée.

À quoi correspond ce motif dans votre imaginaire ?

Ma génération, celle des années 50, l’avait tellement en tête, qu’elle avait ce motif presque en horreur. Il s’agit d’un symbole un peu lourd du monde paysan. Une peinture lourde de sens, côté besogneux d’une France travailleuse, dans l’économie.

Comment cette pièce s’est retrouvée dans votre maison ?

Cette pièce a été achetée en brocante. La forme que prend la représentation — un médaillon — allège la scène « trop connue » des Glaneuses et lui donne un charme plus intime, je trouve. Je ne me rappelle plus de la personne qui me l’avait vendue.

Pour vous qu’est ce qui est représenté ?

Une scène du monde paysan. À l’époque, le monde paysan représentait 80% de la population, maintenant 10%, voire moins. Les gens ont quitté le monde paysan pour devenir ouvriers chez Renault. À l’époque, rien ne devait se perdre dans la production —perte énorme de ce qui était stocké dans les greniers, souris etc. À l’époque, glaneur n’était pas un terme péjoratif parce que tout le monde le pratiquait — ces pauvres gens passaient derrière la récolte, ramassaient la production agricole restante. Il n’étaient pas propriétaire des lieux mais avaient leur accord pour ramasser ce qui était par terre, pommes de terre et blé, ressources essentielles à l’époque.

Est-ce que vous envisagez de garder ce tableau ? Ou bien de vous en défaire ?

Je suis du genre à accumuler. J’ai du mal à me séparer des choses et, malgré la lourdeur du message, je me répète, mais le médaillon lui donne une forme autre que j’apprécie dans mon intérieur.



Citer ce billet
thierrylaugee (2021, 17 mai). Entretien avec Pierre M., retraité, à Paris. Millet en mémoire. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rd7j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search