Témoignage de Marianne, 85 ans (Bretagne).

Entretien réalisé par Aurore Chevillotte-Froissart, Clémence Guerrier, Philippine Hamy, Valentine Roy et Florie Sou.

J’ai récupéré ces photos des œuvres de Papa dans l’album scanné « noces d’argent ». A l’époque il travaillait la nuit et occupait ainsi ses après-midi. Il était alors au début de sa carrière dans les PPT. Personnellement je préférais les Glaneuses, qui me rappelaient des souvenirs de moissons à Pouldergat.

L’Angélus quant à lui me rappelle la guerre. C’était pour moi un symbole de résistance. En arrivant en France, les Allemands ont imposé l’heure allemande et certaines églises, en signe de résistance, continuaient de sonner l’angélus à l’heure française. Les vaches, les cochons, les poules et les horloges des clochers ont résisté à l’heure allemande !… souvenir d’une époque où nous avions fui Rennes pour nous réfugier à Comblessac.

Je ne sais pas à quelle époque les œuvres de papa ont disparu de la chambre de maman. Je pense que mon frère doit en savoir plus que moi. Il me semble que les reproductions de ces deux œuvres étaient très répandues chez les gens et dans les livres.



Citer ce billet
Suzanne Martin-Vigier (2020, 5 janvier). Témoignage de Marianne, 85 ans (Bretagne). Millet en mémoire. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rd7c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search