Entretien avec Marie-Joseph Richard, Picardie

Entretien réalisé par Hortense Carpentier et Anna Lazzari

Pourriez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je m’appelle Marie-Joseph Richard, [d’origine picarde], et j’habite à La Hérie, dans l’Aisne. J’ai 52 ans et je suis secrétaire de mairie.

Pouvez-vous présenter l’objet que vous possédez : quelle sorte d’objet est-ce, et de manière plus générale, où l’avez-vous eu et pour quelle raison ?

C’est un cadre, une sorte de toile, en format A4 ; c’est l’Angélus, il a été peint par mon cousin qui était gravement malade et qui ne pouvait pas travailler. Du coup il s’est occupé à la peinture et un peu à la sculpture, comme passe-temps. Il est donc signé et daté par Jacques Lefebvre, mon cousin, le 10 février 1983.

C’est donc lui qui vous l’a donné ?

Oui, c’est ça, c’est lui qui me l’a offert.

Et c’est vous qui lui aviez demandé ce sujet-là ?

Non, non, il voulait m’offrir un tableau, et il m’a donné celui-là, je ne lui avais rien demandé.

Pour vous cet objet a d’abord une valeur sentimentale plus qu’artistique ?

Oui exactement : ce n’était pas du tout un artiste, mais je l’ai gardé et je l’ai mis là… oui, une valeur sentimentale plutôt qu’artistique.

Pouvez-vous nous dire dans quelles conditions est exposé cet objet chez vous ?

Il est dans ma véranda : c’est là où on prend les repas, principalement, pas trop l’hiver, mais une bonne partie de l’année. Et comme on est une famille chrétienne et qu’on dit l’Angélus, j’ai trouvé que sa place était là. L’Angélus ça nous rappelle l’Annonciation ; bien sûr, c’est aussi une valeur chrétienne.

Est-ce donc un tableau dont vous vous sentez proche, notamment parce qu’il évoque un environnement rural ?

Oui, tout à fait. Ça représente le travail des gens de la campagne.

Vous connaissez le modèle originel de ce tableau ?

Je crois que c’est Millet.

Et vous envisagez par hasard de garder ce tableau, ou de le donner ? C’est un objet à vos enfants par exemple ?

Je pense que je ne le vendrai pas, parce qu’il n’a pas de valeur pécuniaire, mais bien sûr si un de mes enfants le veut, ce sera volontiers.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Suzanne Martin-Vigier (28 juin 2019). Entretien avec Marie-Joseph Richard, Picardie. Millet en mémoire. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rd77


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search